Vous êtes ici

Le dialogue social coopératif s’invente dans les Scop

Logo SCOP Oxalis

A propos

Référence
Travail & Changement n° 370
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Quel dialogue social instaurer dans une coopérative d’activité et d’emploi – cette forme de société qui accueille des entrepreneurs-salariés ? C’est pour proposer des pistes de réponses adaptées à ces structures atypiques que l’Aract Auvergne-Rhône-Alpes a accepté d’accompagner Oxalis, à Aix-les-Bains.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Quel était le problème à régler ?  

Qu’apporterait le fait d’avoir une représentativité du personnel dans une structure disposant d’une gouvernance participative ? Quelle organisation mettre en place pour assurer une représentation de salariés qui, pour certains d’entre eux, sont aussi des entrepreneurs ? C’est en substance les questions que s’est posées la coopérative d’activité et d’emploi Oxalis, se tournant alors vers l’Aract Auvergne-Rhône-Alpes pour l’aider à construire un dialogue social adapté à ses spécificités. Alain Charvet, chargé de mission à l’Aract, étant déjà intervenu dans une coopérative d’activité et d’emploi à Paris a démarré cet accompagnement par la rencontre d’un groupe d’entrepreneurs-salariés.

Qu’ont-ils fait ?  

Puis, sur la base de ces premières réflexions, un questionnaire a été établi en lien avec les dirigeants de la Scop et envoyé aux salariés. Le but : faire remonter les sujets qui pouvaient poser problème. Plusieurs enjeux ont émergé concernant ces salariés un peu particuliers qui construisent chacun leur projet entrepreneurial avec l’appui de la coopérative. Les risques routiers, les conditions de travail en tant que travailleur isolé, la formation, la mutuelle, le parcours de professionnalisation sont quelques-unes des préoccupations communes qui ont émergé. « Un constat a alors été fait : une représentation du personnel valait la peine d’être mise en place, mais elle devait correspondre à la culture de la gouvernance participative, relate Alain Charvet. L’écueil aurait consisté à figer les rapports dans des rôles de contestataires/contestants. Il fallait inventer une nouvelle forme de dialogue : le dialogue social coopératif ».

Feuille de route

Pour cela, il a été proposé de travailler sur ce que serait un dialogue social de qualité pour les dirigeants et les entrepreneurs-salariés. Après la sensibilisation et la mise en débat, le groupe de travail animé par l’Aract a établi une feuille de route avec des préconisations concernant la mise en place d’une délégation unique du personnel (DUP) : structure des IRP, calendrier de rencontres (réunions mensuelles), thématiques possibles de travail...

Pour quels effets ?  

Un accompagnement couronné de succès : les élections des représentants se sont tenues en octobre 2017. Un collège représente désormais les entrepreneurs (salariés et associés) et un autre l’équipe de salariés permanents sur un mandat de deux ans. « Dans ce type de structure, il n’y a pas de lien de subordination entre dirigeant et salarié, et cela fait toute la différence dans la construction du dialogue social : il ne s’agit pas de rapports de force musclés, mais d’une façon de travailler en intelligence, conclut Alain Charvet. Comme le travail sur la posture d’employeur dans une Scop n’est pas le même que dans les entreprises classiques, il faut maintenant ajuster la posture de chacun ».

La culture du faire ensemble du réseau Anact-Aract a résonné avec notre culture coopérative

"La culture autogestionnaire de la coopérative était au départ un véritable frein à la mise en place d’une DUP. Nous ne nous retrouvions pas dans des positions de patron/salarié. Développer le dialogue social sous-entendait d’abord de créer un intérêt et une compréhension de ce que peuvent apporter des IRP dans une Scop. L’Aract nous a apporté son savoir-faire, son expérience et sa méthodologie. Le regard extérieur et l’analyse critique ajustée nous ont permis d’avancer sur la mise en place de nos instances, toujours dans une démarche de cohésion. La culture du faire ensemble du réseau Anact-Aract a résonné avec notre culture coopérative. De l’apport de contenus sur ce que peuvent être les instances à l’animation des groupes de travail, l’accompagnement nous a apporté une base solide et respectueuse de notre entreprise sociale. Nous avons particulièrement apprécié la démarche de dialogue adaptée. Les élections ont eu lieu récemment, mais déjà nous ressentons la fierté d’être parvenu à mettre en place une nouvelle forme de dialogue social" témoigne Anne-Laure Desgris, codirigeante Oxalis.

Amélie Kolk (journaliste) - Article extrait du numéro 370 de Travail & Changement

Méthodes et outils associés

1
2
3
Jeu télétravail

A l’occasion de la sortie du jeu « Les Essentiels Télétravail », conçu pour aider les entreprises à bâtir leur feuille de route « télétravail », Ed

Objectif reprise Dialogue social

Évaluation et prévention du risque de contagion, suivi de la mise en place du télétravail, réponses à donner aux droits d’alerte, attention à porte

La situation de crise pandémique actuelle nécessite pour les entreprises de combiner, dans le cadre de la continuité de l’activité, à la fois les m

Les formations proposées par le réseau Anact-Aract

Objectifs 

  • Appréhender de façon concrète le rôle, les missions et les...

Objectifs

  • Comprendre le rôle de l’animateur et appréhender la posture de...
close