Vous êtes ici

Le Diagnostic photo : analyser le travail à partir de photos prises par les travailleurs

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

À partir de photos prises par les travailleurs, il est possible de partager des situations de travail vécues, de les analyser et de construire ensemble des actions d'amélioration des conditions de travail. C'est la méthode du Diagnostic photo conçue par le réseau Anact-Aract.

Les entreprises mobilisent de plus en plus les démarches participatives pour mener à bien leurs projets de transformations et trouver des solutions pour améliorer performance et qualité de vie au travail. La méthode du Diagnostic photo s'inscrit dans cette dynamique.

Le Diagnostic photo s’appuie sur la prise de photos, par les travailleurs, de situations de travail réelles. Le Diagnostic photo permet de rendre visible l'invisible, d’objectiver le subjectif, de rendre concrète une problématique souvent abstraite. Cette démarche peut être mise en oeuvre pour répondre à différents problèmes : usure professionnelle, troubles musculosquelettiques, risques psychosociaux, absentéisme, etc. mais aussi nourrir la conception de nouvelles organisations du travail. Dans ce dernier cas, le Diagnostic photo va permettre de croiser la projection des experts techniques avec celle des travailleurs concernés par les changements et fins connaisseurs des réalités de terrain. Ce croisement permet d'éviter un diagnostic partiel, subjectif ou orienté et de de construire les solutions qui répondront aux attentes.

Les avantages du Diagnostic photo

Le Diagnostic photo est une méthode originale, pratique et structurée qui permet de :

  • Prendre du recul,
  • Partager,
  • Objectiver,
  • Rechercher des solutions.

Le Diagnostic photo est le parfait support pour :

  • Argumente,
  • Impulser une dynamique collective.

 

Mode d’emploi

  1. Mettre en place d’un groupe de travail spécifique qui réunit salariés et collaborateurs concernés par les situations de travail que l'on souhaite analyser.

    La présence d’un responsable hiérarchique des salariés pris en photo peut être discutée. En effet, l’objectif du diagnostic photo est de permettre une parole totalement libérée, ce qui est parfois difficile en présence de son supérieur hiérarchique. Pour autant, en fonction du type de management et des relations existantes cela peut ne pas poser de problèmes majeurs. Il est à noter que les encadrants font eux aussi face à des difficultés quotidiennes dans leur travail et qu’il est important qu'ils puissent les partager avec les salariés et les préventeurs.
  2. Faire appel au volontariat et expliquer l’ensemble de la démarche. Les salariés volontaires participeront à la prise de photos, à leur analyse et à la recherche de solutions.
  3. Donner la consigne « Prenez 2 ou 3 photos de situations qui sont à l’origine, selon vous, de problèmes » et une période pour le faire. Limiter le nombre de photos permet la prise de recul. Les aspects les plus significatifs ou qui synthétisent bien la situation seront retenus par les intéressés. Il ne s’agit pas forcément des postures adoptées, le symbole d’une situation peut être capté (une horloge pour signifier le rapport au temps de travail, par exemple), au même titre que l’environnement concret (mobilier et matériels qui obligent à prendre des postures pénibles et accentuent les efforts). Prendre aussi en photo ce qui semble représenter une/des ressources pour mener à bien le travail.
  4. Prévoir un animateur et un secrétaire afin de formaliser les échanges au fur et à mesure. Sensibilisés à la prévention des risques professionnels, ils seront en capacité de faire expliciter les motifs de prise de vue sans influencer l’auteur des photos, de compléter l’analyse en traçant les difficultés et leurs causes.
  5. Un volontaire présente une première photo, le contexte et la raison de ce choix. Il fera part très concrètement de différents aspects : l’activité en cours, le contexte de travail, les conséquences de cette situation… Le schéma pourra servir de support.

Analyser le travail avec le diagnostic photo

 

  1. Les autres participants sont invités à faire part de leur questionnement et commentaires pour identifier l’ensemble des contraintes et des ressources du salarié dans la situation évoquée.
  2. Commencer à valider et formaliser collectivement les éléments explicatifs de la situation à l’aide d’un tableau : la photo, un titre ou paragraphe pour décrire brièvement la situation de travail, les aspects négatifs et positifs du geste professionnel (les contraintes, facteurs de riques et les ressources points d’appui - protecteurs) et les différentes causes.

 

 

  1. Si d’autres participants ont pris des photos concernant cette situation ou une situation similaire, ils complètent à leur tour cette analyse, en présentant leur photo.
  2. Finaliser progressivement l’analyse et synthétiser les informations dans le tableau jusqu’à épuisement du sujet.
  3. Sélectionner éventuellement quelques photos particulièrement parlantes pour faire part d’un problème auprès de la direction.
  4. Les pistes d’action seront proposées par le groupe dans un second temps sur la base des familles de causes identifiées.

 

4 conditions de réussite

  • La transparence : la visibilité du travail, la visibilité de la contribution de chacun à l’effort commun, la mise en évidence des problèmes, la valorisation des efforts et des résultats.
  • La confiance : la possibilité de se fier à quelqu’un et de transférer des responsabilités, le droit de dire les problèmes sans procès d’intention, l’existence d’une entraide spontanée.
  • L’unité : la construction collective d’une vision claire et partagée du but et du chemin, le travail d’analyse et d’amélioration en groupe, le décloisonnement des silos, l’anti-management par objectif individualisé.
  • Le renoncement : ne pas tirer toujours la couverture à soi, partager des avantages et des honneurs, la notion de don sans attente de retour systématique.

 

Exemples de domaines d'application :

 

close