Vous êtes ici

L'Aract Guadeloupe lance une étude sur les pratiques de santé au travail dans les entreprises de Guadeloupe

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Dans la continuité d'un travail engagé avec différents acteurs de l'entreprise, l'Aract Guadeloupe a lancé en juillet 2017 une étude portant sur "les pratiques de promotion de la santé au travail dans les entreprises de Guadeloupe".

Cette étude sera réalisée par l'institut QualiStat auprès de 300 entreprises du territoire guadeloupéen et comportera une phase qualitative au travers d'entretiens semi-directifs ; ainsi qu'une phase quantitative permettant d'obtenir des données représentatives à l'échelle Guadeloupéenne. Les résultats sont attendus pour le mois d'octobre 2018.

En effet, le management des questions de santé au travail est plus que jamais au cœur de l’actualité. L’importance du nombre d’études réalisées ces dernières années à ce sujet et le nombre de textes modifiant sa législation, semblent en attester. Aussi, le traitement des problématiques liées à la santé au travail se heurte à certaines difficultés. La principale tient à la persistance d’idées reçues, qui tendent à réduire cette dimension à des problèmes individuels, la fragilité, ou encore l’inadaptation du salarié. Les actions déployées renvoient alors souvent, à une approche cloisonnée du risque, chaque acteur de l’entreprise le considérant selon son angle de vue. Les pratiques liées à la santé au travail consistent alors à une superposition d’actions proposées par les différentes composantes de l’entreprise.  De plus, deux formes d'exigences s'intègrent, qui sont de protéger les travailleurs tout en arbitrant, pour limiter les contraintes de l'activité. 

Dans ce contexte, les dirigeants de TPE/PME et les directions des ressources humaines se retrouvent face à un élargissement de leur mission.  Ils sont de plus en plus impliqués dans des dossiers liés aux questions de santé ou de conditions de travail. Les responsables santé sécurité sont quant à eux, appelés en tant qu’experts à poser des diagnostics, qui demandent l’intégration de données RH auxquelles ils n’ont pas toujours accès. Enfin, les représentants du personnel sont amenés à traiter des questions de santé au travail sans toutefois être aguerris aux différents aspects qu’elles englobent.

Aussi, cette étude devrait permettre de disposer d'un état des lieux faisant apparaitre entre autres, les besoins d'appui technique ou d'outillage, susceptibles de nourrir une approche plus transversale de la santé au travail.

close