Vous êtes ici

L'appropriation des méthodes de transformation des organisations : un enjeu de qualité de vie au travail pour les entreprises

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénnées

A propos

Référence
1453
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Cette association d'accueil et de reclassement des adultes en situation de précarité vit une expérience de fusion-absorption avec une autre structure. Pour inscrire cette réorganisation dans une amélioration globale de la qualité de vie au travail, elle décide d'intégrer une action collective portant sur cette thématique en mettant l'accent sur trois points : le contenu du travail, le management participatif/engagement et la santé au travail. La qualité du dialogue social contribue à l'appropriation de la démarche et la co-construction d'actions concrètes.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette association, créée en 1986, a pour mission l’accueil et le reclassement des adultes en situation de précarité. Elle pratique tout accompagnement nécessaire à la réadaptation sociale et professionnelle des personnes confrontées à la pauvreté, la précarité et l’exclusion.

Durant les trente dernières années, les missions confié à l’institution ont augmenté et se sont diversifiées. L’évolution du contexte (développement d’activité mais aussi cadre financier contraint) conduit les structures du domaine de l’action sociale à se renforcer et à se rapprocher. C’est ainsi qu’une première fusion-absorption a eu lieu en 2009 ; une seconde doit être effective prochainement.

Demande 

Hormis la fusion (rapprochement de l’association « mère » – 107 salariés – avec une association d’une vingtaine de personnes), cette nouvelle structure doit vivre un déménagement dans de nouveaux locaux. Cette période de forte réorganisation a incité les acteurs de l’association à mener des actions favorisant le dialogue entre les deux structures et une co-construction positive. Un des objectifs est de négocier, avec l’ensemble des représentants des personnels de la nouvelle entité, un accord qualité de vie au travail.

C’est dans cette optique que l’association participe au cluster qualité de vie au travail (QVT), proposé par les réseaux Fidal, Agefos et Anact-Aract.

Démarche 

Le cluster qualité de vie au travail (QVT) a pour objectif d’accompagner les PME à l’élaboration d’une démarche en faveur de la Qualité de vie au travail et à la négociation d’un accord unique.

Il repose sur un accompagnement collectif (5 journées réunissant 7 entreprises issues de l’interprofession) qui propose de décliner et transférer l’Accord national interprofessionnel Qualité de vie au travail-Égalité professionnelle vers les acteurs de l’entreprise.

Un binôme paritaire (un membre de la direction et un représentant du personnel) participe à ces temps collectifs co-animés par Fidal et l'Aract Paca et bénéficie d’apports méthodologiques, juridiques et d’échanges inter-entreprises.

Cette opportunité d’initier une démarche dans un cadre sécurisé et accompagné par des professionnels implique que les participants jouent le jeu de la formation-action : ils sont au centre du dispositif de formation et se doivent d’être actifs : travail inter-session, transfert des apports aux acteurs de l’entreprise, notamment aux membres du comité de pilotage, animation en interne etc.

C’est le rôle qu’ont endossé le directeur de l’association et la déléguée du personnel. Ceux-ci ont mis à profit les temps de formation en profitant et alimentant les retours d’expériences de chacun, en mettant en œuvre et en transférant les points méthodologiques ou juridiques dans leur structure.

Cadrage de la démarche

Mise en place du comité de pilotage, composé de 2 membres de la direction et 4 représentants des salariés. Le choix a été fait de réunir des personnes représentatives des différents métiers et des 2 structures prêtent à fusionner.

Cette instance a pour missions de participer aux différentes étapes pour mener à bien la démarche QVT soit : la validation du périmètre, l’analyse de l’existant, l’analyse des résultats de l’auto diagnostic QVT, le choix et suivi des expérimentations, la définition et validation du plan d’actions.

Elle doit également garantir la pérennité de la démarche et veiller au suivi des actions. L’association souhaitant négocier un accord QVT, un accord de méthode est rédigé à l’issue de cette première étape.

Compte tenu du contexte particulier de fusion et du lien avec la démarche QVT, une attention particulière est portée à la communication. La stratégie de communication sur la démarche a été élaborée par le comité de pilotage sur la base de la situation de l’association et les éléments issus de la formation-action, qu’ils soient des retours d’expérience et/ou des préconisations méthodologiques.

C’est ainsi qu’il a été décidé de présenter la démarche QVT lors d’un séminaire rassemblant l’ensemble des personnels des deux entités. Les deux points de l’ordre du jour portaient sur la fusion et le projet QVT. Le message a été fort et le positionnement stratégique clairement affirmé.

Ce temps d’échanges a permis aux membres du comité de pilotage d’informer les salariés des décisions issues du cadrage de la démarche.

Les thèmes QVT à traiter en priorité portent sur le contenu du travail, le management participatif/engagement et la santé au travail. Il est bien précisé que l’ensemble du périmètre QVT sera traité dans un deuxième temps, en prenant en compte les liens déjà existants. Ces choix se basent sur une représentation partagée de la QVT, discutée en comité de pilotage à l’aide des résultats d’un auto-diagnostic administré par l’Aract.

Le diagnostic se fait à travers des groupes de travail interdisciplinaires et inter-structures, sans hiérarchie directe. Ces espaces de discussion visent à recueillir l’expression des salariés sur les thèmes QVT retenus.

Le membre du comité de pilotage (représentant salariés) qui anime ces réunions apporte des éléments de compréhension aux participants sur la QVT en général et sur la démarche en particulier, en rappelant le périmètre, les enjeux, les acteurs, la finalité etc. Il recueille ensuite, en s’attachant à favoriser l’expression de tous, la perception des participants sur les champs de la QVT à travers quelques questions précises, mais non exhaustives.  Le questionnement central, en lien avec le périmètre retenu, est : qu’est-ce qui fait qualité de vie au travail ou pas ? Quelles sont les actions existantes qui y contribuent ? Sont-elles satisfaisantes et selon quels critères ? Comment impactent-elles la qualité de vie au travail ?

Dans un deuxième temps, les mêmes participants s’exprimeront sur les pistes d’améliorations de la QVT. Pour cela, ils se seront entretenus avec des collègues, seront allés observer des situations de travail, analyser des données sociales, etc.

Ces éléments permettront au comité de pilotage de définir les actions-pilotes à mettre en place, les modalités d’évaluation qui structureront les termes de la négociation du futur accord QVT.

Bilan 

L’action est encore en cours, mais d’ores et déjà quelques points-clés sont à retenir :

  • la dynamique créée par le groupe inter-entreprises et la capacité du binôme de partager ses retours d’expériences et d’enrichir ses propres pratiques à partir de ce qui a été expérimenté dans les autres structures ;
  • la volonté de lier la démarche QVT et la stratégie de l’association. 

Méthodes et outils associés

1
2
3
4
5

La première étape d'une démarche qualité de vie au travail (QVT) peut aboutir à un accord de méthode.

gestion perspectives sociales

La démarche du réseau Anact-Aract pour évaluer la satisfaction des salariés au travail : Gestion des Perspectives Sociales (GPS)

Qualité de vie au travail

L'accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail et le Plan Santé au Travail 2015-2019 proposent un cadre général pour l'actio

Expérimenter pour mieux innover

Sollicité régulièrement par les entreprises, le réseau Anact-Aract est aussi conduit à les « recruter » dans le cadre d’expérimentations.

Orange signe un accord sur la charge de travail inspiré des travaux de l'Anact

Juin 2016, Orange a conclu un accord sur la charge de travail.

Formations