Vous êtes ici

L'Anact présente ses travaux à Myriam El Khomri, ministre du travail, de l’emploi de la formation professionnelle et du dialogue social

La visite de Myriam El Khomri, ministre du travail, de l’emploi de la formation professionnelle et du dialogue social et ministre de tutelle de l’Anact avait pour fil rouge le troisième Plan santé au travail et les actions conduites par l'Anact dans ce cadre.

 

Myriam El Khomri s'est rendue à l'Anact le vendredi 1er avril. En présence de Michel Delpuech, préfet de région, Bernard Ollivier, président du conseil d'administration de l'Anact, et de Philippe Nicolas, directeur de la Direccte AURVA, la ministre a assisté à la présentation de différentes actions d'amélioration des conditions de travail conduites par l'Anact. Chaque témoignage illustrait concrètement la manière dont les acteurs de la prévention agissent dans le cadre des trois axes du troisième Plan santé au travail : prévention primaire et culture de prévention ; qualité de vie au travail, maintien en emploi et performance ; dialogue social et système d’acteurs.

Quand la qualité de vie au travail développe la performance des TPE : l'expérience des boulangeries artisanale.

Serge Deltor, directeur de l'Aract Languedoc-Roussillon et délégué régional de l'Anact, a présenté les résultats d'une action collective portée par la fédération de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie du Languedoc-Roussillon (FBP LR). L’Aract a accompagné dix boulangeries-pâtisseries artisanales dans leurs projets de conception ou de transformation. Le guide méthodologique "Concevoir la boulangerie de demain. Aménagement des locaux et organisation du travail" rend compte de cette initiative et de ses enseignements. Il propose aux artisans boulangers et boulangers-pâtissiers une méthode pour conduire les projets de transformation de leurs locaux. Les différents participants à cette action avaient déjà eu l'occasion de témoigner de cette expérience lors d'un colloque organisé par l'Anact.

Qualité de vie au travail et si on changeait de paradigme ? Contexte et enjeux de développement

Julien Pelletier, responsable de la priorité "Qualité de vie au travail" à l'Anact, a ensuite présenté à Mme la ministre les "ateliers paritaires QVT". L’Anact et son réseau proposent de réunir, sous forme d'ateliers, 5 à 8 PME. Respectivement représentées par leur direction et des représentants salariés, elles participent alors à 5 journées de formation-action à raison d’une journée par mois. Objectif : aider les PME à produire des réponses sur l’ensemble des enjeux de la qualité de vie au travail (enjeux sociétaux, de marché et de travail). Chaque journée est dédiée à la présentation d’outils et méthodes permettant aux acteurs présents d’échanger sur leurs pratiques respectives, de réaliser des diagnostics, de concevoir des plans d’actions ou des projets d’accords collectifs QVT, etc. L’Aract Provence-Alpes-Côte d'Azur a ainsi déjà initié une dizaine d'ateliers paritaires réunissant différents porteurs (CFDT, MEDEF, CJD, CGPME, etc.) et partenaires (juristes, consultants, Direccte, OPCA) de sorte à irriguer plusieurs secteurs (médico-social, interprofessionnel…) de pratiques QVT.

Appréhender la qualité de vie au travail en jouant

Sylvie Letouche, directrice de l'Aract Centre-Val-de-Loire et Déléguée Régionale de l'Anact, a invité la ministre à découvrir un jeu de société pédagogique sur la qualité de vie au travail. Ce jeu est un support d’animation permettant de sensibiliser et de fédérer un groupe autour de 8 thématiques : pénibilité, innovation, risques psychosociaux, égalité professionnelle, conduite de projet, conception, qualité de vie au travail, reconnaissance-gestion des compétences. "C'est un moyen de débattre collectivement dans l’entreprise et d’identifier les leviers d’action sur lesquels agir" a expliqué la directrice régionale. Modulables en fonction du public (acteurs d’entreprises, partenaires sociaux, institutionnels, étudiants ou consultants), les thématiques sont abordées par le biais de questions ouvertes ou fermées mais également sous forme de mime, de dessin ou de charade. ll se joue en équipes de 2 à 5 personnes. La durée d'une partie est estimée à 45 minutes.

Travailler avec une maladie chronique et évolutive, le défi du maintien en emploi

Isabelle Burens, responsable mission grands partenariats et projets réseau à l'Anact, a ensuite exposé les enseignements des travaux conduits par l'agence sur le sujet des maladies chroniques et évolutives. Elle a notamment illustré sa présentation par la démarche conduite dans le groupe Delpeyrat.

L'Aract aquitaine a en effet accompagné cette structure du secteur agroalimentaire et de 1300 salariés dans sa démarche. Un groupe de travail a été mis en place réunissant les acteurs opérationnels, les RH et l’infirmière. Le groupe a réalisé un état des lieux qui a abouti au constat que plus de 20% de l’effectif de l’entreprise était concerné par une maladie chronique et évolutive (MCE), soit directement, soit par celle d’un proche. Cela a entrainé une prise de conscience et un meilleure compréhension de phénomènes comme l’absentéisme soudain et répété, ou le retrait vis-à-vis du travail. Les aménagements d’horaires, les possibilités de polyvalence, la planification des absences en amont sont les solutions principalement mises en place. L’entreprise va aussi chercher en externe les acteurs capables d’apporter leur concours. Enfin, elle a disposé des bornes interactives dans les salles de pause avec, notamment, des informations sur les MCE. L’objectif étant une meilleure connaissance du sujet et des acteurs à contacter.

Santé et performance globale dans la filière logistique

La Carsat Rhône-Alpes, représentée par Marie-Claire Minola et M. Philippe Luzy ont présenté le programme de prévention visant à améliorer les manutentions manuelles au sein de la filière distribution/transport/logistique. En effet, le coût des accidents du travail (AT) et maladies professionnelles (MP) du secteur de la grande distribution représente 13 M€ en Rhône- Alpes. Dans le transport routier de marchandises, celui-ci s’élève à 16,3 M€. Investiguer et agir globalement sur ces trois secteurs d’activité intimement liés par leurs relations donneurs d’ordre / prestataires apparait ainsi comme indispensable. Le programme présenté vise à améliorer les conditions de manutentions, première cause d’AT et de MP, au sein des 3 métiers de la filière, lors des opérations de préparation de commandes en plateforme logistique, de chargement/déchargement des camions et de mise en rayon en magasin. Il mobilise l’ensemble des acteurs : enseignes, groupes nationaux, donneurs d’ordres. A terme, grâce à cette mobilisation conjointe, la santé au travail doit pouvoir être intégrée à toutes les étapes, afin de devenir un levier pérenne de performance de l’ensemble de la chaîne logistique.

Mieux travailler à l'ère du numérique

Enfin, Olivier Mériaux, directeur technique et scientifique de l'Anact a présenté les travaux prospectifs de l'Anact sur la transformation numérique des entreprises.

Chacun peut le constater aujourd’hui : la transformation numérique bouleverse l’ensemble des dimensions du travail depuis son organisation jusqu’à ses finalités en passant par les manières de le réaliser et par les conditions et les cadres dans lesquels il s’exerce. L’impact des outils numériques et de leur usage sur les conditions de travail est ambivalent.

Ils offrent aux salariés plus d’autonomie, de coopération mais génèrent une série de problèmes : surcharge informative, contraintes excessives de réactivité, brouillage des frontières entre vie familiale et vie professionnelle, désincarnation du management, etc.

Face à ces transformations, il est impératif d’inventer de nouveaux cadres de régulation sociale pour construire des compromis entre performance et bien-être au travail. Dans les prochains mois l’Anact assurera en partenariat avec la Fing le portage d’un accélérateur de projets dans le cadre du plan Net (Numérique, Emploi, Travail). Ce dispositif d’innovation collaborative visera à faire émerger et accélérer des projets de conception de méthodes et outils permettant de mieux travailler à l’ère du numérique. Seront plus particulièrement ciblés des projets concernant la conception et l’usage des instruments de mesure, de régulation et de management du travail. Il s’agira d’appuyer la transformation numérique des TPE-PME en leur permettant d’innover dans de nouvelles organisations de travail.

Conclusion de la journée

En conclusion de cette journée, Myriam El Khomri a remercié l'Anact de son accueil et souligné la richesse et la qualité des travaux présentés. Elle a relevé combien les illustrations d'amélioration des conditions de travail réalisées en entreprises permettent de rendre concrète l'ambition partagée des pouvoirs publics et des partenaires sociaux de montrer que la qualité de vie au travail est aussi un facteur de performance. Encourageant ainsi l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail à continuer la diffusion des résultats de ses expérimentations de terrain vers les acteurs de l'entreprise. Myriam El Khomri a conclu sa visite par un temps d'échange avec les agents de l'Anact.

Diaporama 

Visite de Myriam El Khomrià l'Anact - 1er avril 2016