Vous êtes ici

L'Anact et l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme signent un accord de partenariat pour trois ans

La signature de cet accord s'est déroulé ce mercredi 15 juin dans le cadre de la Semaine pour la qualité de vie au travail 2016 qui porte sur le thème « Mieux travailler à l’ère du numérique ». Objectif : favoriser la prise en compte des situations d’illettrisme dans le cadre des actions d’amélioration des conditions de travail.

Partenariat Anact-ANLCI

La situation de l'illétrisme en France

En France, 2 500 000 personnes sont concernées par l’illettrisme. Il s’agit de personnes, qui bien qu’ayant été scolarisées en France, ne parviennent pas à se faire comprendre en écrivant ou encore à comprendre en lisant des messages simples de la vie quotidienne. Ces mêmes difficultés à lire, écrire, compter, s’orienter peuvent se révéler dans l’univers professionnel, chez les salariés. Elles peuvent être un frein dans l’accès à une qualification, à la formation professionnelle ou simplement au bon exercice de ses fonctions et au respect des conditions de sécurité.  Elles peuvent aussi être un obstacle à la mobilité des salariés, à leur évolution dans l’emploi, à la mise en place de nouvelles organisations, l’introduction de nouvelles procédures.

51% des 2 500 000 personnes sont concernées par l’illettrisme exercent une activité professionnelle. Souvent dissimulées, les difficultés avec les compétences de base peuvent compromettre la réussite du projet professionnel alors que pourtant, les personnes concernées ont acquis dans de nombreux domaines un capital de compétences sans avoir recours à l’écrit.

Créée en octobre 2000, l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) sous la forme d’un groupement d’intérêt public, est un espace de mobilisation et de travail où tous ceux qui agissent au niveau institutionnel et sur le terrain se retrouvent pour prévenir et lutter contre l’illettrisme. Son rôle est de fédérer et d’optimiser les énergies, les actions et les moyens de tous ces décideurs et acteurs pour accroitre la visibilité et l’efficacité de leur engagement.

L’ANLCI est chargée de promouvoir, tant au niveau national, territorial que local, toutes les actions concourant à mesurer, prévenir et agir contre l’illettrisme et favoriser l’accès de tous à la lecture, à l’écriture et aux compétences de base. Elle favorise la mutualisation et l’optimisation des moyens mobilisés par l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises et la société civile dans la lutte contre l’illettrisme.

Des enjeux liés à la transformation numérique

L’évolution du travail et de ses conditions d’exercice risque de mettre toujours plus à l’écart les 2,5 millions de personnes concernées par l’illettrisme en France. Le numérique peut encore accélérer ce processus. Il peut être également une opportunité pour accompagner des changements d’organisation favorables aux individus menacés sur le marché du travail. C’est le pari pris par les deux agences nationales décidées à mener des actions communes. Actions de sensibilisation, manifestations et aussi expérimentations en entreprises.

L'ambition de ce partenariat

L’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, représentée par son directeur général Hervé Fernandez et une délégation de ses agents, étaient ce mercredi 15 juin les invités de l'Anact dans ses locaux de Lyon. Hervé Lanouzière, directeur général de l'Anact et Hervé Fernandez ont signé un accord de partenariat pour trois ans afin de favoriser la prise en compte des situations d’illettrisme dans le cadre des actions d’amélioration des conditions de travail, favorisant la réduction du stress des salariés concernés, tout en améliorant la performance des entreprises sensibilisées.

Les deux agences souhaitent développer leur collaboration sur l’échange d’informations et de pratiques pour sensibiliser leurs partenaires sur les effets de l’illettrisme sur les conditions de travail, comme facteur de risque professionnel et comme frein dans le développement des parcours professionnels.

Mieux connaître l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme (ANLCI)

Le rôle de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme est de définir des priorités d’action et d’accélérer leur mise en œuvre : mesure de l’illettrisme, élaboration et diffusion d’un cadre commun de référence, impulsion et coordination de projets. Cet effort de clarification et d’organisation s’accompagne d’un effort de valorisation et de diffusion des bonnes pratiques, afin d’accélérer les transferts d’expérience et de faciliter la montée en compétences des acteurs. L’ANLCI s’appuie sur la mise en place de plans régionaux pour rendre plus lisibles les partenariats entre l’État, les collectivités territoriales, la société civile et les entreprises qui contribuent à prévenir et résorber l’illettrisme. Afin de promouvoir son action au niveau local, l’ANLCI dispose de relais régionaux nommés par les préfets de région.

En 2016, les partenaires fédérés par l’ANLCI ont choisi de porter ensemble la charte « Pour que le numérique profite à tous », et d’organiser les 6 et 7 septembre 2016 à Lyon les « Journées du Numérique / Pour que le numérique profite à tous, mobilisons-nous contre l’illettrisme ! » dans le cadre de la 3ème édition des journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme.

Nous vous invitons à visiter le site de l'ANLCI qui, de façon très pédagogique, propose de nombreux contenus de sensibilisation et de fiches pratiques pour mieux cerner la situation de l'illétrisme en France et outiller les acteurs de terrains. Les témoignages d'actions conduites en entreprises de taille et de secteurs variés, avec des résultats concrets à la clé, sont très mobilisateurs. Ces contenus permettent de s'arrêter un petit temps en se posant la question "Et moi, aurais-je été en contact professionnel avec une personne souffrant d'illetrisme sans m'en rendre compte ?". Autant de sources d'inspirations pour s'engager sur ce sujet de société et donner envie de conduire des actions !

 

close