Vous êtes ici

Formation-action à la prévention des risques

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
033
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
La vétusté des locaux et de l’outil de production est un des facteurs d’exposition aux risques des salariés d’une entreprise de fabrication d’emballages en carton. La direction souhaite améliorer les conditions de travail. Elle sollicite le CESTP-ARACT Picardie pour l’aider à structurer son projet.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Créée en 1969, cette entreprise familiale appartient désormais à la division packaging d’un groupe suédois (44000 salariés dans une quarantaine de pays) qui l’a rachetée dans les années 80. Le site picard reçoit et transforme en emballages le carton ondulé fabriqué directement par le groupe ou par les concurrents. Sa situation en milieu rural, mais près de grands axes routiers, lui confère une position stratégique.

Demande 

Depuis son arrivée il y a trois ans, la direction a contribué à la mise en place d’un comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) qui se structure de mieux en mieux dans ses actions. La vétusté des locaux et de l’outil de production (en majorité à réglage manuel) ainsi que l’éclatement du site en 3 zones sont autant de facteurs qui concourent à l’exposition aux risques des salariés. L’entreprise souhaite améliorer les conditions de travail de ces derniers. Forte de l’appui de la CRAM, de l’inspecteur du travail, et de la mobilisation du CHSCT, la direction sollicite le CESTP-ARACT Picardie.

Démarche 

L’entreprise se caractérise par :

- un vieillissement de la population salariée : plusieurs opérateurs sont présents dans l’entreprise depuis sa création,
- une déclaration en maladie professionnelle d’un trouble musculosquelettique (TMS),
- un accroissement des douleurs chez certains salariés.

L’intervention se déroule alors que la direction projette le déménagement de ses unités de production.

Le CESTP-ARACT propose de dispenser une formation-action à un groupe de travail composé de régleurs et d’opérateurs. Certains sont membres du CHSCT et du comité d’entreprise. La présence de ces élus au sein du groupe de travail facilite le relai de l’information auprès des salariés.

L’intervention dure 8 jours et se répartit sur 8 mois. Le responsable " sécurité, qualité, environnement ", désigné pilote du projet par le directeur de l’entreprise, a toute latitude en termes de temps, d’investissement matériel et d’organisation des réunions de travail. Un comité de pilotage composé du directeur, du responsable sécurité, du contrôleur de la caisse régionale d’assurance maladie (CRAM) et de l’inspection du travail, est chargé de valider le plan d’action.

Les intervenantes du CESTP-ARACT accompagnent les membres du groupe projet sur les situations de travail dans les ateliers. Elles les aident également à s’approprier les méthodes de recueil et d’analyse des observations. Celles-ci sont ensuite discutées en salle. Cela permet aux membres du groupe d’identifier les situations à risque, les moments où les opérateurs prennent des risques. Ils dépassent ainsi les jugements du type : " il n’a pas à faire ça ".
La réflexion porte alors plus globalement sur la persistance, en dépit de toutes les consignes de sécurité, des accidents et des prises de risques.

Cette démarche conduit le groupe projet à réorganiser l’espace de rangement des
" formes " (plaques de bois dont le poids varie entre 10 et 20 kilos, sur lesquelles sont montées des lames destinées à donner une forme au carton). Cet espace est désormais ordonné en fonction de la fréquence d’utilisation des formes et de leur poids. Dans ce contexte, le groupe projet décide l’acquisition d’une plate-forme facilitant à la fois l’accès en hauteur et le transport des formes. Cet outil d’aide à la manutention servira dans les futurs locaux.

Depuis la fin de l’intervention du CESTP-ARACT, le groupe de travail a continué à se réunir de façon hebdomadaire.

Bilan 

Cette intervention a bénéficié d’un contexte favorable tant par la volonté de la direction que par un véritable investissement des membres du groupe de travail. Le CHSCT est désormais mieux identifié par l’ensemble des salariés, et les remontées d’informations se font plus fréquentes et en temps réel (dès qu’il y a un problème, une idée d’amélioration est proposée). L’évaluation des risques professionnels se poursuit au sein du groupe de travail qui a bénéficié de la formation-action ; par ailleurs, d’autres salariés sont intégrés à l’analyse des situations de travail.

Ce type d’intervention a besoin de s’étaler dans le temps pour permettre au groupe de s’approprier concrètement la démarche. C’est pourquoi le CESTP-ARACT a réalisé un suivi 4 mois après la fin de la formation-action pour en évaluer le niveau et, si besoin, le soutenir ou l’approfondir.
Enfin, l’implication de la direction et la désignation d’un pilote sont des conditions nécessaires pour réussir un tel projet.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te