Vous êtes ici

Faire d'un déménagement un projet participatif

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
447
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Comment intégrer les questions de santé et de conditions de travail dans le cadre d'un déménagement ? Cette entreprise du secteur médical crée une dynamique collective, en partageant la démarche avec l'ensemble des salariés.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Filiale d'un groupe international, cette entreprise propose des soins, des produits et des services pour des personnes dialysées. Elle emploie du personnel médical (infirmiers, aides-soignants, agents de service hospitalier) et administratif. Encadrée par la réglementation en matière de santé publique, elle doit réaménager plusieurs de ses sites. Il s'agit notamment de déménager son site principal à proximité d'une clinique. Ce projet comprend la construction d'un nouveau bâtiment dont le cahier des charges a été défini au niveau du siège.

Quel était le problème à régler ?  

Sous l'impulsion du CHSCT et du médecin du travail, la direction de l'entreprise souhaite mieux prendre en compte les questions de santé, de conditions de travail et d’ergonomie dans le projet de déménagement. Elle veut :

- anticiper les situations futures de travail ;

- consolider une dynamique collective sur le projet de déménagement ;

- outiller le groupe de pilotage dans ses choix d’aménagements et d’organisation du travail ;

- aborder les questions d’organisation, de compétences et de conditions de travail.

Qu’ont-ils fait ?  

Un comité de pilotage se constitue. Il comprend la direction, l'encadrement, un représentant du groupe de travail sur le déménagement, l'architecte, les membres du CHSCT et le médecin du travail. Son rôle : valider les choix techniques et organisationnels proposés dans le cadre du projet.



L'état des lieux fait apparaître des problèmes sur différents aspects des conditions de travail et de santé.

On note un phénomène important d'usure professionnelle pour les populations d'infirmières et d'aides-soignants. Ce qui conduit à des départs après 47 ans, car les inaptitudes augmentent avec l'âge. Les outils existants en matière de prévention des risques ne prennent pas en compte ces aspects d'usure professionnelle.

Par ailleurs, la question du vieillissement devient de plus en plus prégnante, sans que l'entreprise n'anticipe ce phénomène.

Concernant la façon de gérer le projet, le cloisonnement fort entre prévention et organisation limite fortement les marges de manœuvre en termes d'amélioration.

En outre, il existe une contradiction entre la démarche adoptée avec des moyens attribués (comité de pilotage, questionnaire auprès des salariés…) et le manque de visibilité d'une majorité de salariés, peu informés sur le projet, son organisation et leurs conditions de travail futures. L'équipe manque de compétences pour intégrer les conditions de réalisation du travail dans le projet. Enfin le fonctionnement très formaliste du CHSCT ne facilite pas le processus de construction collective.



Faire du déménagement une démarche plus partagée devient une nécessité, en intégrant la réalité du travail, en rendant plus lisible l'action du comité de pilotage, et en donnant davantage de visibilité.

Le comité de pilotage identifie plusieurs thèmes de travail à approfondir selon une démarche participative : l'aménagement des postes et les flux (matériel, personnel) ; la collaboration entre le personnel de l'entreprise et celui de la clinique du nouveau site ; l'organisation du temps de travail ; la gestion des compétences, des âges et questions de santé.



Pour la suite des opérations, il est proposé de :

- mettre en place quatre groupes de travail sur les thèmes à approfondir, le comité de pilotage ne pouvant à lui seul recueillir les éléments de terrain, les traiter de façon pluridisciplinaire, et piloter la démarche ;

- avoir recours à un ergonome pour démarrer ces groupes, avec une formation/action des animateurs sur l'analyse du travail ;

- mettre en place des outils de pilotage sur les conditions de travail ;

- poursuivre la réflexion sur la problématique de l'usure professionnelle ;

- alimenter le retour d'expérience qui servira pour les futurs projets.

Avec quels effets ?  

A l'issue de l'intervention, l'entreprise a mis en place deux groupes de travail thématiques. Celui consacré à la gestion des compétences est encadré par un ergonome, pour identifier les facteurs à l'origine des phénomènes d'usure professionnelle et les leviers d'actions possibles. Et ce, en lien avec la DRH, le CHSCT et le médecin du travail.

L'entreprise a engagé la formation/action de l'encadrement et des animateurs de groupe sur l'intégration des conditions de réalisation du travail dans les projets.

A noter que si la démarche avait été initiée plus tôt, l'entreprise disposerait de davantage de marges de manœuvre en termes de modifications et d'aménagements. Un enseignement pour les projets futurs.

Méthodes et outils associés

1
2
3
gamme travail & réalités

Le réseau Anact-Aract commercialise une gamme de jeux pédagogiques intitulée "Travail & Réalités".

outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Catalogue des formations Anact

Cette formation permet d’acquérir les bases méthodologiques dans le but d'analyser les données...

Cette formation permet de découvrir les différentes facettes du sexisme au travail, d'en...

close