Vous êtes ici

Expérimenter pour mieux innover

Sollicité régulièrement par les entreprises, le réseau Anact-Aract est aussi conduit à les « recruter » dans le cadre d’expérimentations. Un nouveau mode d’action nécessaire pour renouveler les méthodes, tester de nouveaux outils et répondre aux finalités de l’innovation sociale.

Expérimenter pour mieux innover

Depuis deux ans, la notion d’expérimentation est mise en avant dans les textes confirmant les missions de l’Anact. Tant le décret du 31 juillet 2015 sur les missions et le fonctionnement de l’Agence que le Contrat d’objectif et de performance (COP) 2014-2017 consacrent ce nouveau mode d’action. Si le principe d’innover aux côtés des entreprises remonte à la création de l’Anact, celui de multiplier les expérimentations dans le cadre de partenariats nationaux et régionaux est plus récent.

Démarche d’essai-erreur

Cette démarche d’essai-erreur peut étonner les acteurs (entreprises, associations, structures publiques…) habitués à recourir au réseau Anact-Aract pour obtenir des outils préformatés. Toutefois, lorsque les approches traditionnelles perdent en efficacité, on ne peut plus s’en satisfaire. C’est le taux de sinistralité très élevé dans le secteur des Services à la personne (SAP) qui a ainsi favorisé le partenariat Cnav /CNAMTS /Anact en 2014. Faire intervenir ensemble des univers de travail cloisonnés comme la santé publique et la santé au travail, c’est aussi l’un des défis de l’expérimentation « Travail et Maladie chronique évolutive (MCE) » portée par cinq Aract avec l’Institut national du cancer (INCa). En cela, les expérimentations répondent aux finalités de l’innovation sociale dont le but est de satisfaire des besoins sociaux en friche.

Des conditions exceptionnelles

Dans des conditions exceptionnelles (moyens, temporalité…), les expérimentations partenariales testent des méthodes et analysent les résultats qu’elles produisent. Elles sont ensuite élargies à d'autres entreprises et territoires puis, le cas échéant, déployées à grande échelle. Les trois priorités thématiques du COP sont couvertes, avec une prédominance de la Qualité de vie au travail (QVT) dans des secteurs divers : industrie, santé, TPE, grandes entreprises. La prévention des risques professionnels et la promotion de la santé font l’objet d’une expérimentation dans le secteur des SAP. Utilisée aussi dans le domaine des MCE, elle permet de toucher des acteurs éparpillés et centrés jusque-là sur l’accompagnement individuel. Quant à la prévention de l’usure, elle est ciblée sur un panel de TPE/PME de divers secteurs.

L’enjeu de l’évaluation

Si le sujet de l’évaluation n’est pas nouveau pour le réseau Anact-Aract, il prend une grande ampleur avec la conduite des expérimentations. Comme bien d’autres opérateurs en France, le réseau Anact-Aract progresse sur cette question afin de renforcer l’efficacité des projets d’amélioration des conditions de travail.