Vous êtes ici

Evelyne Polzhuber (ARACT Ile-de-France) : ''L’égalité entre les hommes et les femmes est un facteur de performance''

Afin d’accompagner les entreprises dans l’élaboration de leur rapport de situation comparée et d’un accord ou d’un plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle, l’ARACT Ile-de-France propose une gamme d’outils en direction des employeurs et des élus. Tour d’horizon avec Evelyne Polzhuber, chargée de mission à l’ARACT Ile-de-France.

Pourquoi les entreprises ont-elles intérêt à travailler la question de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ? Il s’agit tout d’abord pour les entreprises de plus de 50 salariés de se mettre en conformité avec la Loi de novembre 2010 en concluant un accord collectif ou, à défaut, en élaborant un plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle. En l’absence d’un accord ou d’un plan d’action, l’Inspection du Travail mettra l’entreprise en demeure de faire dans un délai de 6 mois. Passé ce délai, l’entreprise s’expose à une pénalité d’un montant maximum de 1 % de la masse salariale.

Au-delà de la contrainte réglementaire, l’entreprise a un réel intérêt  à œuvrer en faveur de la mixité et de l’égalité. Un nombre croissant d’études et de retours d’expériences montrent en effet que l’égalité et la mixité sont facteurs de performance : mise à plat des processus RH pour identifier les pratiques en termes d’embauche, promotion etc. ; diversification des profils ; développement des qualifications et des compétences pour favoriser la mobilité interne ; amélioration des conditions de travail et réduction de la pénibilité pour rendre les postes accessibles à tous ; optimisation de l’organisation par des mesures qui permettent de mieux concilier les rôles professionnels et familiaux pour les femmes comme pour les hommes…

Comparer la situation des femmes et des hommes dans l’entreprise et élaborer des mesures pour réduire les écarts est aussi un enjeu pour le dialogue social: tous les acteurs doivent être impliqués dans la démarche.

L’entreprise ne peut pas à elle seule réduire les inégalités entre les femmes et les hommes mais elle doit par son action contribuer à faire évoluer les mentalités. Elle peut trouver des appuis, voire des aides. Citons le contrat pour la mixité des emplois et l’égalité professionnelle qui a permis par exemple en Seine-et-Marne puis, plus largement en-Ile-de France, de former et recruter des femmes comme conductrices de bus, métier occupé majoritairement par des hommes.

Pouvez-vous nous présenter l'offre de service de l'ARACT sur cette thématique ?

Notre rôle consiste à accompagner les entreprises. Tout d’abord, nous proposons des demi-journées de sensibilisation et d’information au profit des RRH ou des élus. Durant ces ateliers, nous expliquons les attendus législatifs, ainsi que les enjeux et nous proposons une démarche permettant d’aller vers un accord ou un plan d’action qui soit pertinent pour l’entreprise. Nous mettons également à disposition une série d’outils pour aider , par exemple, à l’élaboration du rapport de situation comparée. Les entreprises ayant suivi ces ateliers peuvent ensuite bénéficier d’un accompagnement court de l’ARACT pour approfondir l’analyse de leurs données et en dégager des pistes d’action.

Lire la suite de l'interview sur egaliteeniledefrance.fr

 

close