Vous êtes ici

Établissements sanitaires et médico-sociaux. Les enjeux en matière de qualité de vie au travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le secteur sanitaire et médico-social connaît depuis plusieurs années de profondes mutations pour s’adapter au vieillissement de la population, au développement des maladies chroniques ainsi qu’aux contraintes de ressources et aux évolutions réglementaires. Les démarches qualité de vie au travail proposent d’accompagner ces changements en combinant amélioration des conditions et qualité des service et des soins.

Travail dans les établissements de santé

Regroupement d’établissements, développement des téléservices ou de la télémédecine, mise en place de nouvelles organisations horaires, sont quelques exemples d’évolutions qui transforment profondément depuis plusieurs années l’organisation du travail ainsi que les rôles des acteurs des établissements de santé (hôpitaux, cliniques) et du médicosocial (Ephad, Instituts Médico-Educatifs…).  

Qualité de vie au travail, qualité de service et performance globale

La participation des personnels concernés aux projets de transformation, le développement de formes de management prenant en compte les contraintes et ressources de terrain, un dialogue social de qualité sont des conditions nécessaires pour accompagner au mieux ces changements et concourir à plus de qualité de vie au travail(QVT), une dimension désormais largement reconnue comme contribuant au bien-être des personnels mais aussi à l’amélioration de la qualité des soins et des services ainsi qu’à la performance globale des établissements.  

Dans des contextes contraints, la notion même de qualité de vie au travail suscite cependant encore des réserves, voire de la défiance auprès de personnels sursollicités. Les expériences menées sur le terrain montrent cependant que les coopérations au sein des équipes, le soutien du management, la possibilité pour chacun de faire des propositions d’amélioration du travail aident à faire face aux difficultés de l’exercice professionnel dans un contexte de charge mentale importante et d’environnement en mutation.

Agir sur les leviers de la qualité de vie au travail constitue également une façon de fidéliser les compétences, de lutter contre le turnover et de prévenir l’usure professionnelle dans ces secteurs d’activité où l’absentéisme, les déclarations d’inaptitudes, le turnover peuvent mettre à mal la qualité de service et de soins. 

Une dynamique nationale  

Signe de l’importance à accorder aux conditions dans lesquelles le travail est réalisé auprès des patients et bénéficiaires, la "Stratégie nationale de santé 2018-2022" du gouvernement prend en compte la qualité de vie au travail. Sa mise en œuvre doit notamment s’appuyer sur la diffusion des recommandations que doit émettre l’Observatoire national de qualité de vie au travail des personnels de santé mis en place en juillet 2018. 

Cet observatoire tirera notamment les enseignements des actions menées dans le cadre du partenariat de grande ampleur entre l’HAS, le réseau Anact-Aract et les ARS grâce au financement et à l’implication de la DGOS. Au total, 15 régions et 189 établissements de santé et médico-sociaux ont, dans ce cadre, expérimenté une démarche de qualité de vie au travail. Les enseignements qui en sont tirés sont progressivement mis à disposition de tous pour aider d’autres établissements à s’engager à leur tour.