Vous êtes ici

Enquête : santé des indépendants et dirigeants de TPE en Nouvelle-Aquitaine

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Comment les travailleurs indépendants et dirigeants de TPE concernés par des problèmes de santé et/ou atteints d'une maladie chronique font-ils pour continuer à travailler et assurer la pérennité de l'entreprise ? Pour mieux comprendre leur situation l'Aract Nouvelle-Aquitaine et ses partenaires ont lancé une enquête régionale. Les résultats obtenus permettent d'identifier les besoins et de dresser des pistes d'action.

Enquête : santé des indépendants et dirigeants d'entreprise en Nouvelle-Aquitaine

A quoi ressemble la vie professionnelle d’un dirigeant de TPE atteint d’une maladie chronique évolutive (MCE) ? Ce sujet est particulièrement pregnant sur les territoires de Nouvelle-Aquitaine où artisans, commerçants, libéraux, responsables de micro-entreprises et TPE représentent 94,3 % des entreprises. Quelles régulations personnelles et professionnelles se mettent alors en place pour pouvoir continuer à travailler ? Quelles solutions plus pérennes de maintien dans l’emploi restent à être construites ? Ces interrogations ont conduit l’Aract Nouvelle-Aquitaine et ses partenaires à lancer une enquête avec un double objectif :

  • établir un constat sur les impacts de la maladie dans le travail d’un point vue de la stratégie, du fonctionnement de la structure, et de l’organisation du travail, pour permettre le maintien de l’activité,
  • analyser et améliorer le niveau de connaissance des différents dispositifs mobilisables et construire un plan d’action porté par des territoires ou des branches professionnelles pour apporter des solutions concrètes aux petites entreprises.

Résultats de l’enquête

Le questionnaire « Santé des indépendants et dirigeants d’entreprises » a été mis en ligne du 25 mai 2018 au 30 juin 2018. Près de 3000 réponses ont été enregistrées. Les résultats obtenus, completés d'entretiens menés auprès de dirigeants atteints d'une MCE, permettent de dresser un état des lieux et d’identifier des réponses opérationnelles à apporter aux dirigeants en difficulté.

Parmi les indépendants et dirigeants de TPE interrogés :

  • 43 % ont été ou sont confrontés à des problèmes de santé. Les personnes atteintes d’une MCE représentent 13.3 % de l’échantillon.
  • 27% des dirigeants déclarant ne pas avoir de problème de santé n’ont pas envisagé que des problèmes de santé puissent avoir un impact sur l’activité.
  • 64% des dirigeants atteints de MCE craignent pour la pérennité de leur entreprise.
  • 74% des dirigeants se tournent majoritairement vers leur médecin traitant afin d’obtenir des informations pour poursuive leurs activités, puis vers les médecins spécialistes ou hospitaliers. Les acteurs de l’emploi ne sont que très peu sollicités. 
  • 74 % atteints d’une maladie se sont tournés vers leur médecin traitant pour obtenir des informations pour poursuivre leur activité.
  • 36% des répondants confrontés à des problèmes de santé, déclarent avoir besoin d’une aide afin de réorganiser leur manière de travailler.

Principaux enseignements et pistes d'action

Réalisée dans le cadre du projet Travail et Maladies Chroniques Evolutives, cette étude confirme que de nombreuses similitudes existent entre les personnes atteintes de MCE, qu’elles soient salariées ou dirigeants de très petites entreprises - bien qu’elles aient des réalités et des stratégies de compensation parfois différentes. Parmi ces similitudes, on note la méconnaissance des dispositifs et des acteurs mobilisables pour aider à la gestion des impacts de la maladie dans le travail. Dans le cas du dirigeant, cette méconnaissance peut avoir des conséquences sur l’entreprise dans son entièreté.

Des problématiques spécifiques apparaissent, comme le fait pour les dirigeants d’assimiler leur propre santé à la santé de l’entreprise et à la qualité du travail, ce qui renforce dans certain cas leur isolement et leur solitude. Si les salariés privilégient souvent la performance à leur santé, cette réalité est d’autant plus forte chez les dirigeants qui, tout en gérant leur maladie, doivent trouver des solutions pour que leur entreprise continue de fonctionner. Étant donné l’expertise nécessaire à leur activité, beaucoup continuent à travailler en mettant en place des stratégies organisationnelles : diminuer le chiffre d’affaires et la charge de travail en se recentrant sur leur cœur de métier, reporter les autres activités (administratif, comptabilité, achats, réseaux, communication, ...).

Une des perspectives pour aider les dirigeants de TPE atteints de MCE pourrait donc être d’imaginer non pas des systèmes de remplacements, mais des systèmes de mutualisation d’activités hors cœur de métier. Cela leur permettrait de déléguer une partie de leur travail d’entrepreneur, donc de préserver en partie leur santé.

Pour approfondir

Ce projet est soutenu par la Dreets Nouvelle-Aquitaine, pilote du Plan Régional de Santé au Travail (PRST), l’Agefiph Nouvelle-Aquitaine et l’U2P Nouvelle-Aquitaine (Union des entreprises de proximité).

Sur le même sujet

Présentation des enseignements de l'enquête « Santé au travail des dirigeants de TPE : quel impact sur l'organisation de l'entreprise ? » réalisée en 2021 par l'Aract Hauts-de-France.

close