Vous êtes ici

Endiguer et prévenir les TMS

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
256
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
L’ampleur des TMS sur son site de production compromet la politique de développement d’une fabrique de matelas. La direction souhaite comprendre l’origine de ces pathologies. Objectif : construire une démarche de prévention ambitieuse.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Dans cette société de fabrication et de distribution de matelas traditionnels, les évolutions de la demande de la clientèle se traduisent par une diversification croissante des produits et un raccourcissement des séries.

Parallèlement, le site de production situé en grande banlieue parisienne est confronté à une augmentation significative des TMS, entraînant des inaptitudes aux postes, et les reclassements des travailleurs atteints deviennent problématiques. Ces effets non souhaités pénalisent l'organisation de la production et remettent en cause la politique de développement de l'entreprise.

Demande 

A l'initiative du médecin du travail en charge de l'usine et de l'infirmière du travail, soutenus par le CHSCT dans son ensemble, l'ARACT Ile-de-France et l'ANACT sont intervenues pour identifier plus précisément les facteurs de risque explicatifs des troubles et proposer des pistes d'action pour initier une démarche de prévention.

Compte tenu de la taille de l'établissement, le secteur capitonnage (25 salariés permanents), particulièrement pathogène (plus de la moitié des salariés permanents est touchée), a été retenu comme représentatif pour un diagnostic approfondi.

Démarche 

L’intervention s’est déroulée selon les modalités suivantes :analyse documentaire (données sur l'état de santé des salariés, Document Unique, etc.) ; entretiens avec les différentes catégories d'acteurs concernés (Direction, opérateurs, CHSCT, encadrement de proximité, opérateurs …) ; observations des situations réelles de travail, avec enregistrement de séquences filmées ; restitution des constats et recommandations aux opérateurs de l'atelier et au CHSCT.

Cette démarche vise à favoriser la participation de toutes les parties prenantes et à co-construire avec eux des actions à mettre en œuvre ultérieurement, en s'appuyant sur une analyse globale des situations de travail (organisation du travail, relations de travail, moyens de travail).

En nous appuyant sur le modèle global de compréhension des TMS de plus en plus universellement partagé par les préventeurs, des facteurs de risques précis ont été identifiés dans différents domaines :

Des contraintes pathogènes, très nombreuses, aux postes de travail

  • Contraintes posturales et port de charges lourdes sur les machines à fabriquer les plateaux et sur les machines à fabriquer les bandes, aggravés pour la production de détail (séries courtes) ;
  • Contraintes posturales répétitives au surfilage des plateaux, aggravées pour la production de séries longues ;
  • Contraintes d’efforts répétitifs avec les mains et contraintes psychologiques à l’agrafage,
  • Contraintes posturales et psychologiques au tri et au stockage des plateaux.

Des situations de débordement

Elles débouchent sur des astreintes pathogènes et sont observables à tous les postes en aval des machines à fabriquer les plateaux. Elles sont caractérisées, dans un contexte de charge de travail excessive et d’absence de temps de récupération, par l’installation d’un cercle vicieux : Retard -> Auto-accélération du rythme de travail -> Erreurs -> Rattrapage des erreurs -> Perte de temps -> Retard.

Une organisation du travail et un aménagement de l’espace pénalisants

  • Un lancement des ordres de fabrication en amont éloigné de la connaissance de ses répercussions sur la charge effective de l’atelier
  • Un déséquilibre entre un flux poussé par les machines et un flux tiré par l’atelier couture en aval se traduisant par la saturation de l’espace au tri et stockage des plateaux
  • Des nœuds de circulation
  • Une maintenance insuffisante d’équipements de travail déjà intrinsèquement contraignants (roulettes du matériel de manutention en premier lieu)
  • Trop d’intérimaires et de novices, entraînant en particulier des freins à la rotation entre les postes.

Le sens du travail en question

Une atmosphère générale de découragement et de lassitude avec notamment : des situations sans renfort où chacun gère sa surcharge malgré une ambiance conviviale ; des problèmes d’écoute (suggestions, questions, plaintes sans réponse) ; des carences de reconnaissance.

Bilan 

L'intervention a dégagé plusieurs pistes de prévention :

Aménager l’organisation et l’espace de la production

  • Revoir les ordres de lancement pour limiter le détail et mieux lisser la production
  • Aménager des espaces de stockage adaptés
  • Refondre l’espace de travail en réduisant les croisements de flux
  • Envisager un déménagement de toute ou partie de l’atelier

Améliorer l’organisation de la production et la GRH

  • Mieux gérer l’effectif en lien avec la charge de travail réelle
  • Mettre en place une polyvalence consensuelle
  • Améliorer la formation des opérateurs et de l’encadrement de production
  • Reconnaître les compétences des personnes (opérateurs et encadrement de production) en leur donnant un véritable statut et en les associant aux projets de modification de l’organisation de la production ou des moyens de travail
  • Redonner des perspectives professionnelles aux salariés

Réduire les contraintes biomécaniques aux postes

  • Orientation impérative pour mettre en œuvre une rotation effective entre les postes
  • Améliorer la maintenance des équipements de travail existants, en particulier le matériel roulant ;
  • Améliorer les outils de travail : Conception d’équipements adaptés (containers) ; Modification d’outils existants (machines à fabriquer les plateaux)

Installer une démarche de prévention durable des TMS

  • Orientation impérative pour mettre en œuvre une rotation effective entre les postes
  • Préciser et enrichir les pistes d’actions, notamment en reprenant des suggestions déjà faites par les salariés, puis les mettre en œuvre avec une phase d’expérimentation ;
  • Réduire les contraintes dès la phase de conception des équipements et processus (formation des ingénieurs et agents méthodes à l’ergonomie) ;
  • Installer une véritable démarche participative (opérateurs, CHSCT).

Quelques mois après la restitution du diagnostic, l’entreprise avait déjà pris quelques engagements intéressants :

  • Expérimenter un nouveau principe de lancement des ordres de fabrication (regroupements basés sur les tissus de recouvrement) ;
  • Achever la conception d’un container de manutention spécifique et facilement stockable pour éviter les ruptures ;
  • Réaliser une campagne d’entretien du matériel roulant ;
  • Associer les opérateurs aux décisions qui seront prises dans ces domaines.

Méthodes et outils associés

1
2
3
Prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) en viticulture

Pour aider les exploitations viticoles à prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) la MSA Gironde et l’Aract Nouvelle-Aquitaine me

Présentation du questionnaire Evrest

Le questionnaire Evrest est l'un des outils de prévention et guides d’évaluation qui permettent de mieux évaluer les interventions en santé au

guide-evaluation-inrs

L’Anact et l'INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) publ

Se former

Cette formation permet d’acquérir les bases méthodologiques dans le but d'analyser les données...

close