Vous êtes ici

Des salariés rassurés sur l'emploi mais inquiets pour les conditions de travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Un baromètre Ipsos montre un renforcement des préoccupations des salariés à propos de l'évolution des conditions de travail. Sur le stress et la charge de travail, les disparités de perception entre salariés et employeurs sont importantes.

L’Observatoire Social de l’Entreprise, réalisée par Ipsos pour le CESI, Le Figaro et BFM, se penche chaque année sur la manière dont les chefs d’entreprise et les salariés perçoivent les questions de santé de l’entreprise, de préoccupations et de climat social.

La troisième vague (janvier 2011) du volet barométrique de l'enquête montre que les salariés sont plus optimistes que les chefs d’entreprise sur les indicateurs de santé économique de l’entreprise. Alors que les employeurs restes très prudents quand il s’agit de prédire le niveau d’activité pour les 6 mois à venir, les salariés anticipent eux une reprise, et sont plutôt optimistes quant au maintien de l’emploi.

Sur deux indicateurs, en revanche, les salariés se montrent plus pessimistes que leurs patrons. D'abord le niveau de stress des salariés, qui suscite l’inquiétude de seulement 24% des chefs d’entreprise, alors qu'il inquiète la majorité des salariés (57% dont 16% qui se disent « très inquiets » à ce sujet). Ensuite l’augmentation des salaires ou du pouvoir d’achat des salariés : 75% des salariés se disent pessimistes à cet égard.

Les sujets d'inquiétude

En termes de préoccupation des salariés, le niveau de salaire (29%) passe maintenant devant l'emploi (27%). Mais la troisième préoccupation la plus citée a trait aux conditions de travail (15%). Faisant écho à l’inquiétude des salariés sur le niveau de stress, il s’agit d’une préoccupation croissante pour l'ensemble des sondés (+ 2 points). Mais la progression est la plus marquée pour la maîtrise (+7 points) et pour les ouvriers (+3 points).

D'après IPSOS, cette hausse est également cohérente avec le fait que l’inquiétude quant au maintien de l’emploi diminue et que le pessimisme à l’égard de l’augmentation des salaires est très majoritaire : dans ces conditions, les salariés ne seraient plus près à faire des concessions sur leurs conditions de travail.

Charge de travail, dialogue social : des disparités de perception

Plus d’un salarié sur deux considère que la situation concernant les rémunérations dans leur entreprise est mauvaise (51% dont 10% « très mauvaise »). Mais juste après les rémunérations, le deuxième sujet de mécontentement des salariés est la charge de travail : 41% d'entre eux considèrent que la situation est mauvaise en la matière (contre seulement 20% des chefs d’entreprise).

Chefs d’entreprise et salariés ont par ailleurs des visions très différentes de la qualité du dialogue social dans leur entreprise : alors que 93% des chefs d’entreprise la juge bonne (dont 40% « très bonne »), les salariés sont beaucoup plus mesurés dans leur appréciation (57% la jugent bonne dont 9% « très bonne »).

En revanche, salariés et chefs d’entreprise ont en commun une opinion positive des représentants du personnel : ils les jugent plutôt ouverts au dialogue (74% des chefs d’entreprise le pensent, et 71% des salariés), plutôt raisonnables dans leurs revendications (66% des chefs d’entreprise et 71% des salariés), mais aussi capables de comprendre les enjeux de leur entreprise (60% des chefs d’entreprise et 64% des salariés)

 

Télécharger le sondage | Présentation de l'étude sur le site Ipsos |

close