Vous êtes ici

Déménagement : n'oubliez pas les salariés !

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
140
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Le déménagement de cette entreprise textile vers un autre site est l’occasion pour les salariés de manifester leur mécontentement de l’organisation des nouveaux espaces de travail. Malgré l’amélioration des conditions de travail, le nouvel espace a été aménagé sans véritable concertation.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette entreprise de 160 salariés se situe sur une activité traditionnelle de son bassin d’emploi : l’industrie textile (dentelle et rubanerie). Contrainte de quitter le bâtiment qu’elle occupe depuis une trentaine d’année et qui n’est plus aux normes, l'entreprise a décidé de déménager en étalant l’opération sur plusieurs mois pour ne pas perturber la production de façon trop importante. Le transfert se fait sur la même zone d’activité, dans des locaux déjà occupés par deux autres entreprises qui n'ont pas le même métier et sont indépendantes juridiquement.

Demande 

La demande émane des représentants du personnel pendant la période du déménagement durant laquelle une partie du personnel travaille dans la nouvelle usine, une autre dans l’ancienne et une troisième entre les deux. Elle porte à la fois sur l’espace disponible et sur les conditions de travail (problèmes de chaleur, de bruit...) dans les nouveaux locaux de l’entreprise. Elle se double d’une préoccupation quant à la participation des salariés à la conception des aménagements futurs du travail (accès aux plans et à ses évolutions).

A la suite de différentes rencontres avec la direction, au départ réticente, la démarche de diagnostic peut se mettre en place.

Démarche 

La demande de l’entreprise apparaît complexe, voire contradictoire. En apparence, en effet, les nouveaux locaux sont plus spacieux et plus clairs. Les conditions de travail semble y être améliorées.

Pourtant, la préoccupation des salariés est forte et leurs inquiétudes très vives et très présentes.

Tout d'abord, il apparaît clairement que les conditions matérielles de travail (matériel, qualité des locaux) connaissent des améliorations suite au déménagement. De plus, la direction a beaucoup investi dans ce sens. Les changements et l'avancement des projets donnent bien sûr lieu à une information du personnel au cours des instances formelles (CE, CHSCT). Des échanges informels ont lieu régulièrement.

Le diagnostic va d’attacher à revenir sur les principaux aspects du déménagement pour en faire un bilan et comprendre les effets actuels.
Il va s'intéresser en particulier à des métiers dont le déménagement est encore en cours.

Les questions qui guident la démarche sont : qui a participé à l’organisation du déménagement? Comment ? Quelles sont les situations engendrées par la transition entre le déménagement et l’installation définitive des métiers ? Quelles sont les conséquences du changement d’espace sur le travail ?



Une hypothèse semble émerger : l’organisation de l’espace construite par les salariés pour remplir leurs objectifs de production dans l’ancien bâtiment, ne se retrouve pas à l’identique dans le nouveau et n’est pas remplacée par une nouvelle organisation à la construction de laquelle les salariés auraient participé. Ce qui engendre craintes et frustrations.



Pour comprendre cela, l'ARACT analyse les conséquences du changement d'espace pour la gestion des stocks intermédiaires des opérateurs.


Auparavant, les exigences de rapidité et de surveillance constante avaient conduit à une organisation des stocks à proximité des machines. Ceci n'est plus possible dans la nouvelle usine. De plus, la direction souhaite profiter du déménagement pour améliorer l'organisation en limitant l'encombrement des allées. Les opérateurs n’ont donc plus la possibilité d'organiser leurs stocks en fonction des besoins immédiats. De plus, l'incertitude des aménagements définitifs et des moyens donnés rend difficile la construction de nouveaux modes de travail.


Cette situation participe à la dégradation du climat social, car les salariés ont le sentiment que leurs préoccupations ne sont pas suffisamment prises en compte pour les aménagements.


Or, les changements dans l’espace comme les souhaits d’organisation de la direction ont des conséquences certaines sur les conditions de réalisation du travail.

Bilan 

En montrant les conséquences du déménagement sur une partie de l'activité de travail et de la production, le diagnostic a mis en avant l'importance de la prise en compte des exigences et des contraintes du travail dans les choix d'organisations, donc l'intérêt d'une association des salariés.

L’accent a été mis sur la prise en compte de la dimension sociale du déménagement. L’écoute des questions posées par les salariés a permis d’alerter sur les coûts sociaux (climat social, absentéisme, démotivation) éventuels de cette situation. Une mise à plat des difficultés exprimées par chacun, ainsi qu’une transparence sur les évolutions du site était importante.

Dans ce cadre, une approche par le travail permettait d’avancer ensemble sur la question de l’organisation : quelles sont les exigences du travail ? Comment étaient-elles gérées auparavant par les opérateurs ? Comment pourront-elles l’être dans la nouvelle organisation ?



Suite au diagnostic, un groupe de travail a rapidement été créé et un thème choisi pour continuer la démarche entamée avec les salariés. L’intérêt a été non seulement d’organiser un travail de réflexion commun mais surtout de construire un espace d’échange formalisé.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te