Vous êtes ici

Covid-19 : 2 idées reçues sur le télétravail et les mesures de prévention sanitaire

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

L’expérimentation massive du télétravail pendant le confinement signifie-t-elle qu’on peut sans tarder le généraliser ? Les difficultés de mise en oeuvre des mesures de prévention doivent-elles inciter à répéter sans cesse les consignes ? Réponses accompagnées de ressources pour comprendre et agir.

 

Idées reçues covid-19 : regarder les choses autrement sous l'angle des conditions de travail

« On a testé le télétravail pendant le confinement, on est prêts à le déployer ! »

La consultation qu’a réalisée l’Anact en mai dernier auprès de 8 600 télétravailleurs confinés fait apparaître qu’une très grande majorité souhaite poursuivre ce mode de travail, de façon régulière ou occasionnelle. Mais elle souligne également qu’une proportion notable d’entre eux a ressenti au cours de ce « télétravail subi » de la fatigue (50 %), un sentiment d’inefficacité (46 %) ou encore des problèmes de sous-charge ou de surcharge de travail (36 % et 48 %).

Après cette expérimentation massive en mode dégradé, et avant de déployer le télétravail, un retour d’expérience collectif s’impose dans les entreprises et organisations concernées, en accordant une écoute particulière à ceux qui télétravaillaient pour la première fois. La mise en place d’un projet participatif et paritaire, pouvant déboucher sur une négociation d'accord ou une charte, est ensuite recommandée pour structurer les pratiques. Avec plusieurs enjeux : reprise et adaptation de l'activité, renforcement des liens et des coopérations, nouvelles attentes des salariés et des manageurs.

« Les mesures de protection du risque covid ne sont pas assimilées, on doit rabâcher... »

Informer les équipes des mesures de protection, s’assurer que celles-ci sont comprises, organiser des rappels d’information, c’est nécessaire. Mais « rabâcher », est-ce vraiment efficace ? Les mesures de protection sont des prescriptions parmi d'autres, qui modifient les façons de procéder. Les respecter ne peut se résumer à appliquer des consignes à la lettre.

Parce que l'exposition à des facteurs de risque se joue au cœur du travail, la prévention ne peut jamais être seulement descendante, ni être conçue une fois pour toutes. Il y a toujours des activités particulières, de la variabilité, différentes circonstances à prendre en compte.

Par exemple, si les travailleurs n’appliquent pas systématiquement les consignes de nettoyage des équipements entre deux rotations, peut-être y a-t-il des raisons : d'autres exigences à respecter en parallèle, un manque de temps, des procédures ou équipements peu adaptés... L’expérience montre que les mesures de protection les plus efficaces sont discutées avec les salariés pour « coller » au mieux à la réalité.

close