Vous êtes ici

Construire une politique de maintien dans l'emploi et anticiper le départ des seniors handicapés

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
735
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Cette entreprise remplit son obligation d’emplois de personnes bénéficiaires AGEFIPH. Elle compte aussi une trentaine de salariés avec des limitations d’aptitudes. La polyvalence envisagée est donc impactée de fait, car les tâches requises aux postes et leur environnement ne sont pas propices à l’accès de ces personnes. Elle s'engage alors dans une politique de maintien dans l'emploi des salariés qui ont des difficultés de santé, plus particulièrement les seniors.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

L’entreprise spécialisée dans les arts de la table emploie une centaine de salariés sur un site ancien, ayant connu plusieurs périodes difficiles. La crise actuelle ne l’a pas épargnée, mais c’est l’occasion pour elle de faire le point sur un certain nombre de sujets. Ainsi, dans ce contexte et en lien avec son accord seniors, elle initie notamment deux démarches : transfert des savoir-faire et amélioration des conditions de travail.

Quel était le problème à régler ?  

Pour cette seconde action, l’entreprise met à disposition des outils d’aide à la manutention et s’engage à développer la polyvalence pour alterner et limiter les opérations pénibles et répétitives. Cependant, elle rencontre des difficultés dans la mise en œuvre, notamment vis-à-vis des salariés ayant déjà des problèmes de santé. Ainsi, l’offre de l’ARACT sur le maintien en emploi et l’anticipation des départs des seniors handicapés et en restrictions d’aptitudes retient son attention.

Qu’ont-ils fait ?  

Pour répondre aux besoins de l’entreprise, mais aussi dans le cadre de l’offre de l’ARACT sur l’anticipation des départs des seniors handicapés, l’intervention s’est orientée vers :

- Une interview des salariés seniors bénéficiaires de l’AGEFIPH, pour mieux cerner les contraintes physique et organisationnelle, identifier leurs compétences et souhaits d’évolution, et ceci afin de rechercher des solutions permettant d’éviter un départ ;

- La réalisation d’un diagnostic de quelques situations de travail occupées par les personnes ayant des réserves d’aptitudes et/ou visées comme situations de reclassement possible, et ceci afin d’identifier les pistes de solutions techniques et organisationnelles à mettre en place pour leur maintien en emploi.

La démarche s’inscrit dans un projet régional de partenariat avec l’AGEFIPH Centre. Les éléments de cadrage de l’action ont été validés par les membres de la direction, les représentants salariés et le médecin du travail.

Le diagnostic révèle des points de blocage autour de l’aménagement des situations de travail : les tables de travail sont fixes, les accès en hauteur sont importants, ceux en profondeur sont très défavorables, avec des tâches qui impliquent des postures maintenues avec les épaules en élévation, quelques ports de charge et manutentions de produits fragiles.

L’organisation du travail apporte des marges de manœuvre intéressantes pour les productions individuelles, ce qui permet de limiter l’exposition. Pour autant, les séries sont parfois très longues, et génèrent ainsi une forte répétitivité gestuelle. Des éléments sont également relevés en matière de ressources humaines et de parcours professionnels puisque les salariés de l’entreprise ont une ancienneté importante et n’ont jamais été habitués à tourner sur différents postes. Les personnes ayant de fortes limitations arrivent à gérer leur douleur sur l’activité qu’elles connaissent et maîtrisent aujourd’hui, qu’en sera-t-il sur un autre poste ? Par ailleurs, plusieurs personnes bénéficiaires ont plus de 50 ans, avec des possibilités de départ prochain, et l’entreprise n’a pas identifié cela ni les moyens d’accompagner et remplacer ces salariés.

Avec quels effets ?  

L'intérêt majeur de cette intervention réside dans le fait que tous les acteurs de l'entreprise se sont impliqués dans la démarche pour des solutions partagées. Mais il en ressort néanmoins que si l’action est portée par certains acteurs de l’entreprise, les managers de proximité sont peu informés et sensibilisés au maintien en emploi. Ainsi les problèmes de santé des personnes sont souvent mal compris par l’encadrement et cela occasionne des dissensions de part et d’autre. C'est sur ce dernier point que l'entreprise continue son travail d'objectivation, d'alerte et de résolution des situations-problèmes.

Mots clés 

Méthodes et outils associés

Tout en soulignant la prépondérance des savoirs d’expérience acquis par la pratique, les entreprises peinent à les identifier et à les formaliser&n

close