Vous êtes ici

Construire un projet global de prévention de la sécurité

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
505
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Ce laboratoire pharmaceutique voit progresser le nombre d'accidents du travail et de maladies professionnelles. Jusqu'à présent, la sécurité n'a pas été abordée de manière globale et fait l'objet de nombreux a priori. L'entreprise décide alors de revoir ses pratiques, notamment en impliquant différents acteurs pour mener son projet, mais aussi en intégrant les données sociales dans ses analyses pour construire un projet de prévention global.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette entreprise fabrique et conditionne des médicaments sous diverses formes pour le compte d’importants laboratoires pharmaceutiques. Elle est soumise à la pression de ses clients et des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF), des normes très strictes.

Ses 333 salariés se répartissent dans différents secteurs de production : pesée, mélange, compression, conditionnement…

Demande 

Le responsable des ressources humaines s'inquiète de l’augmentation des accidents du travail et des maladies professionnelles. Cette croissance intervient dans un contexte de vieillissement des effectifs et un accroissement des exigences de production, d'hygiène et de sécurité sanitaire.

Démarche 

Analyser les données sociales sur plusieurs années est un moyen d'affiner sa connaissance des accidents du travail et des maladies professionnelles, ainsi que leurs facteurs d'apparition. Associé à l’étude sur le terrain, ce volet démographique permet aux différents acteurs de l'entreprise de mieux comprendre la situation et de réorienter l’approche de la sécurité, afin de se doter d'un projet global.



En l'occurrence, sur trois ans, diverses données sont croisées : âge, genre, ancienneté, accidents, maladies professionnelles, métier, secteur. Les tranches d’âges 30/39 ans et 40/49 ans et les anciennetés de 4/10 ans et de 20/30 ans s'avèrent les plus critiques en ce qui concerne les accidents.

Au sein de certains ateliers, on constate qu’il n’y a plus d’opérateurs au-delà de 45 ans, ce qui interroge sur les conditions de réalisation du travail, l'organisation, les parcours professionnels et les événements qui se sont produits dans l'entreprise.



L'atelier PMC (pesée, mélange, compression) est choisi pour mieux comprendre les phénomènes. Cet atelier est particulièrement concerné par les accidents du travail, alors qu'il représente un enjeu important pour l'entreprise.



L’organisation de la sécurité doit y être améliorée. Le document unique n’est pas régulièrement mis à jour, les salariés sont peu associés à la démarche et certains aspects de la sécurité ne sont pas pris en compte.

Le site ne dispose d'aucune infirmière et le CHSCT est très peu impliqué dans l'analyse des accidents du travail. Il manque donc une approche pluridisciplinaire qui permettrait d'engager des actions correctives.

Le personnel permanent et intérimaire n'est pas sensibilisé à la sécurité. Chaque accidenté est renvoyé à sa responsabilité individuelle, voire stigmatisé.



Quant aux Bonnes pratiques de fabrication (BFP), elles limitent les possibilités d'aménagements techniques.



L'entreprise doit donc développer une approche globale de la sécurité intégrant différents acteurs :

- le comité de direction est sollicité pour fixer les grandes lignes de la politique de sécurité ;

- le CHSCT, la coordinatrice Hygiène Sécurité Environnement (HSE), recrutée à l'occasion, et le DRH sont impliqués dans un groupe de prévention. Son rôle consiste à garantir la cohérence des différents projets (mise à jour des documents, suivi des données sociales, actions de sensibilisation sur le terrain, analyse en commun des accidents…) ;

- les opérateurs et les responsables de service sont sollicités pour faire remonter les problèmes du terrain. Il s'agit de les associer pleinement à la démarche sécurité.

Bilan 

L’analyse des données sociales a levé certains a priori sur la situation de l’entreprise, notamment sur les plus âgés et/ou les plus anciens qui ne sont pas les plus touchés par les accidents. Elle a donné une vision plus objective de la situation sociale.

L’état des lieux démographique a suscité diverses questions sur les parcours professionnels, les facteurs de pénibilité et fait comprendre la nécessité d'examiner de plus près les situations de travail.

Méthodes et outils associés

Tout en soulignant la prépondérance des savoirs d’expérience acquis par la pratique, les entreprises peinent à les identifier et à les formaliser&n