Vous êtes ici

Conflit des stations-service en Martinique : l’ARACT en appui au dialogue social

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Au mois d’août 2009, un mouvement de grève a paralysé les stations-service de la Martinique pendant plusieurs jours. Le conflit portait sur la mise en œuvre d’une prime de vie chère, sur l’application de la convention collective nationale et sur les conditions de travail. l’ARACT Martinique, qui accompagne le secteur des stations-service dans son projet de structuration depuis plusieurs années, a été sollicitée par des partenaires sociaux et un préfet confrontés à une situation de blocage.

Au mois d’août 2009, un mouvement de grève a paralysé les stations-service de la Martinique pendant plusieurs jours. Comme le montre cette vidéo de 2004, l’ARACT Martinique accompagne le secteur des stations-service dans son projet de structuration depuis de longues années, avec à la clé, un accord signé en 2002 relatif au temps et aux conditions de travail.

D’autres travaux sont aujourd’hui en cours, concernant notamment l’application de la convention collective nationale et l’élaboration d’une grille de classification adaptée aux réalités des emplois.

Cependant, une partie des points prévus dans l’accord de décembre 2002 n’ayant pas été suivis d’effet dans toutes les stations-service de l’île, les salariés ont déclenché un mouvement de grève cet été. Il portait plus spécifiquement sur la mise en œuvre d’une prime de vie chère, sur l’application de la convention collective nationale et sur les conditions de travail.

Confrontés à une situation de blocage, les partenaires sociaux et le préfet ont à nouveau sollicité l’ARACT. Autre témoignage de confiance, les protocoles d’accord et de fin de conflit, signés sous l’égide et dans les locaux de l’Association régionale, prévoient entre autres une suite aux travaux engagés avec l’ARACT.