Vous êtes ici

Comment concilier conditions de travail et performance dans la filière bois ?

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Le Commissariat à l’égalité des territoires de la région Massif Central a sollicité l’Aract Rhône-Alpes Auvergne pour améliorer les conditions de travail dans la filière de construction bois. 

conditions travail filière bois

Le secteur connaît de profondes mutations et doit notamment faire face à un défi de modernisation en lien avec les problématiques d’investissement et de formation du personnel dans les entreprises. Il est confronté à des conditions économiques concurrentielles au niveau international, et souffre d’un manque d’attractivité qui entraîne des difficultés de recrutement, de fidélisation et un turn-over élevé.

Le véritable atout et challenge de cette expérimentation est de couvrir le périmètre du Massif Central et de mobiliser les Aract des régions suivantes : Rhône-Alpes Auvergne, Bourgogne, Limousin, Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. Anne-Cécile Lombardi, déléguée territoriale Auvergne et Olivier Liaroutzos, responsable du département expérimentations et capitalisation à l’Anact ont co-piloté le projet.

Des acteurs impliqués en faveur de leurs conditions de travail

88 entreprises ont été impactées par le projet et 35 ont bénéficié d’un accompagnement individuel (exemple de l'entreprise Selvea). 

L’action menée a contribué à renforcer :

  • la qualité de production,
  • l’attractivité des entreprises et des métiers,
  • la capacité de faire face à la concurrence et à concourir ainsi au développement local.

Les principales difficultés rencontrées ont porté sur :

  • la gestion du temps à accorder au projet
  • l’hétérogénéité des typologies d’entreprises. Néanmoins celles-ci ont pu faire valoir la spécificité de leurs contraintes (taille, marché, évolution des techniques, croisement des métiers).

La prise de conscience des dirigeants de la fragilité de leur entreprise quant à l’enjeu des conditions de travail a conduit nombre d’entre eux à réaliser des améliorations concrètes, des investissements et des réorganisations qui contribuent également à l’amélioration de leur performance.

Des priorités ont été identifiées pour améliorer les conditions de travail, consolider l’emploi et augmenter la qualité de production :

  • la diversification des activités,
  • l’accompagnement du dirigeant,
  • la professionnalisation du management,
  • les regroupements d’entreprises,
  • l’acculturation santé et sécurité au travail (SST).

Le bilan est positif. Ce succès repose sur le fait d’avoir réussi à faire travailler de nombreux acteurs de la profession (pouvoirs publics, agence de développement, collectivités interprofessionnelles bois, FFB, Capeb, organisations syndicales, OPCA, Carsat, OPPBBTP…) qui ont trop peu l’opportunité de travailler ensemble, autour d’un dispositif commun.

« En rompant avec les cloisonnements habituels, en partageant données et connaissances, en mettant leur expertise à disposition des entreprises, ils ont installé une dynamique appelée à perdurer » explique Olivier Liaroutzos.

L’intérêt de cette action repose sur une logique inter-régionale (Massif-central) respectant la spécificité des territoires et des entreprises. Une nouvelle phase du projet s’annonce ; elle s’appuiera sur des cas expérimentaux d’entreprises avant d’envisager un déploiement à grande échelle tant pour le Massif Central que pour la filière. 

Lire le rapport final d'exécution de l'opération "Construction bois : quand les conditions de travail créent la valeur"

 

close