Vous êtes ici

L'Aract Auvergne forme la PFRH à la prévention des risques psychosociaux

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Logo DGAFP

A propos

Référence
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Une formation a été proposée à tous les ministères de la région Auvergne pour les accompagner dans leur démarche de prévention des risques psychosociaux. De riches échanges d’expérience ont permis d’avancer sur le sujet.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Instaurées en 2009, les plateformes régionales d’appui interministériel à la gestion des ressources humaines (PFRH) s’adressent à tous les agents de la fonction publique et de l’État en région. La formation professionnelle y est prépondérante.

Quel était le problème à régler ?  

En 2013, la plateforme d’Auvergne a souhaité créer un collectif régional de santé et sécurité au travail afin de mettre à disposition de tous les ministères les connaissances et méthodes utiles sur le sujet. La prévention des risques psychosociaux s’est alors imposée comme l’un des thèmes prioritaires, ce qui a donné lieu à une démarche conduite en partenariat avec l’Aract Auvergne (aujourd'hui Aract Auvergne-Rhône-Alpes).

Qu’ont-ils fait ?  

« Cette action nous a positionnés sur un niveau classique de sensibilisation et de transfert de méthodologie sur les RPS, mais aussi sur un niveau très innovant d’appui à la maîtrise d’ouvrage, dans la construction et l’accompagnement d’un projet collectif régional », relève Damien Granier, chargé de mission à l’Aract Auvergne. « Il était intéressant pour nous de monter une action qui s’enrichi au fur et à mesure », complète Véronique Maillot, conseillère formation au sein de la plateforme régionale.

Après l’envoi d’un questionnaire aux différents ministères, qui a permis de dresser un état des lieux de l’avancement des différentes démarches RPS, l’essentiel de l’action de l’Aract a consisté en l’animation de journées départementales auprès des ministères qui le souhaitaient. Les thématiques ont évolué, passant de la sensibilisation aux RPS à l’outillage pour la construction d’un diagnostic et d’un plan d’action pour in fine aborder les retours d’expérience. « Le public visé était l’ensemble des acteurs de la santé et sécurité au travail, précise Véronique Maillot.

Pour quels effets ?  

L’échange d’expériences a été capital. Nous avions un public très hétérogène et des niveaux d’avancement très disparates. Les échanges ont permis de cheminer ensemble. » témoigne Véronique Maillot, conseillère formation au sein de la plateforme régionale. « Des structures qui ne s’étaient pas mises en ordre de marche sur les RPS ont profité de l’avancement d’autres administrations pour lancer leur démarche plus rapidement et plus sereinement » remarque également Damien Granier. 

En parallèle, l’Aract a coanimé avec la conseillère prévention des journées d’échange en direction des assistants et des conseillers de prévention, pour rendre plus concrets les outils d’analyse des RPS, comme par exemple la rédaction d’un cahier des charges en vue de l’intervention d’un consultant externe sur un diagnostic et un plan d’action. Plusieurs problématiques communes en sont ressorties, notamment le besoin de redonner du sens et de mieux communiquer dans des organisations en plein bouleversement. Ils ont aussi révélé la nécessité de sensibiliser les managers de proximité aux RPS et de les conforter dans ce management-là.

L’action se poursuivra dans l'année sous la forme d’ateliers de niveaux. « Nous sommes garants du suivi et de l’avancement des dossiers dans cette démarche, indique Véronique Maillot. Il faut passer aux plans d’action et les faire vivre. » Rendez-vous a été pris avec l’Aract Auvergne pour élargir cette démarche au champ de la qualité de vie au travail.

« Les DDT ont été créées en 2010 et nous dépendons de trois ministères, l’Agriculture, l’Ecologie et l’Egalité des territoires. Touchés par de nombreuses réformes, nous avons rapidement travaillé sur les risques psychosociaux (RPS) et mis en place un accompagnement individualisé et collectif des agents. Participer à cette formation nous a apporté un complément de méthodologie, mais il était surtout important de nous sentir confortés dans notre démarche. Nous avons fait appel à un cabinet externe pour travailler le sujet des RPS, ce qui s’est révélé pertinent, notamment du point de vue du dialogue social. Aujourd’hui, nous avons construit un plan de 22 actions, et élaboré un nouveau projet de service pour rassurer sur l’avenir. » Témoigne Alfred Gros, secrétaire général de la Direction départementale des territoires (DDT) du Puy-de-Dôme (près de 220 agents).

Méthodes et outils associés

1
2
3
COVID-19 et prévention des RPS : faire face à une situation inédite dans sa durée

En travail à distance ou sur site pour les commerces et activités autorisées, de nouvelles organisations du travail et formes de coopérations ont d

Comment analyser le travail avec la méthode des « situations-problème »

La méthode « situation-problème » permet aux équipes de travail de mieux comprendre, résoudre et prévenir les situations de tensions, de difficulté

Prévention des suicides, prévention des RPS  : qu’est-ce qui a changé  ?

Le procès en lien avec la succession de suicides survenus à France Télécom durant les années 2000 vient de s’ouvrir. 

Notre offre de formation 2021

close