Vous êtes ici

Associer stratégie d'investissement, performance et maintien dans l'emploi

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
589
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Alors qu'il envisage d'augmenter ses capacités de production, ce producteur de poussins est confronté à deux cas de restriction d'aptitude. Il décide d'intégrer les deux problématiques dans un même projet. Objectif : maintenir les deux salariés dans l'emploi, et accroître la production et la productivité en améliorant les conditions de travail de l'ensemble du personnel.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Cette entreprise familiale est spécialisée dans la production de poussins d'un jour. Elle compte plusieurs sites de production.

Quel était le problème à régler ?  

Deux salariés travaillant au couvoir présentent des restrictions d'aptitude. Le premier occupe un poste de laveur, le second est polyvalent. Cette situation intervient alors que l'entreprise souhaite investir.

Qu’ont-ils fait ?  

Intégrer les problèmes individuels de maintien dans la stratégie globale d'investissement : cette méthode permet à l'entreprise de trouver une solution pérenne pour les salariés concernés, tout en prévenant les risques pour les autres.



Réception des œufs, calibrage et triage, préparation des oeufs pour l’incubation (stockage, transfert…), contrôle qualité, vaccination des oeufs durant l’incubation, transfert vers les écloisoirs, triage et vaccination des poussins : le travail se caractérise par une alternance de tâches très différentes selon les activités et suivant les périodes avec notamment des pics de production certains jours de la semaine et à certains moments de l'année. Cette polyvalence favorise l'intérêt du travail et procure une certaine flexibilité à l'entreprise.



Les activités donne lieu à de nombreux déplacements, beaucoup de manutention de chariots et des opérations de nettoyage. Ces dernières conduisent à des inhalations d'émanations chlorées qui provoquent des problèmes respiratoires importants à l'un des salariés en restriction d'aptitude.



Il existe de nombreux flux et les situations invalidantes et/ou handicapantes sont présentes dans toutes les tâches effectuées. Le travail se révèle très physique pour un personnel fidèle mais vieillissant.



Un projet est élaboré, qui consiste à agrandir le couvoir en mécanisant partiellement ou totalement l’outil de travail. Objectif : maintenir les 2 salariés dans l’emploi, et accroître la production et la productivité en améliorant les conditions de travail de l’ensemble du personnel. Il s'agit donc d'augmenter la capacité de production, pour passer de 250 000 à 550 000 poussins par semaine, et de concevoir des postes plus favorables au maintien de la santé des salariés de l'entreprise. Des postes compatibles avec les restrictions d'aptitudes de ceux reconnus travailleurs handicapés.



Pour ce faire, l'entreprise sollicite une aide financière au conseil régional pour l'étude et la conception du projet, demande au Syndicat National des Accouveurs (SNA) de travailler sur la signature d’un contrat de prévention avec la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et confie un sujet de recherche à des étudiants de l'université de Bordeaux pour atténuer les émanations d'ammoniac.

Elle poursuit en outre le travail de prévention et d’adaptation des postes de travail sur les différents sites d’élevage.



Concernant, les deux salariés en restriction d'aptitude, les situations handicapantes ou invalidantes sont repérées, afin de trouver des solutions pour compenser leur handicap. Des solutions qui doivent leur permettre d'atteindre un niveau de performance équivalent à celui de leurs collègues et de disposer d'une autonomie à leur poste de travail et dans leur environnement professionnel.

Il convient également d'anticiper, dans la mesure du possible, leur évolution professionnelle et médicale et de prendre en compte le projet de restructuration et d’extension de l’usine ainsi que leurs futures situations de travail.



Cette volonté de limiter la pénibilité pour intégrer et maintenir du personnel reconnu handicapé débouche sur des solutions techniques (intégration de dépileurs à l’entrée et en sortie de chaînes) mais aussi sur une réflexion plus approfondie sur tous les postes ainsi que sur le nouveau fonctionnement de la chaîne.

Avec quels effets ?  

La modernisation de l’atelier matériel a permis de réduire nettement la pénibilité au poste pour tous les salariés, et particulièrement pour les deux personnes en restriction d'aptitude, en limitant les ports de charges en statique grâce aux fonctions de retournement, les transferts de charges grâce à l’intégration de dépileurs, et en facilitant les manutentions avec des espaces de travail plus larges.
L'entreprise poursuit sa réflexion avec le consultant et avec l'appui de la MSA sur les questions de santé. Il s'agit de rationaliser les flux, afin de réduire la pénibilité et permettre le maintien de personnes en difficulté.
Il est question également envisager de réintégrer une activité – aujourd'hui externalisée – de sexage des poussins. Une activité qui pourrait permettre l'insertion voire le maintien du personnel vieillissant.
 

Mots clés 

Méthodes et outils associés

1
2
3
COVID-19 et prévention des RPS : faire face à une situation inédite dans sa durée

A l’heure de la reprise ou de la poursuite d’activité post-confinement, de nouvelles organisations du travail et formes de coopérations se mettent

La situation de crise pandémique actuelle nécessite pour les entreprises de combiner, dans le cadre de la continuité de l’activité, à la fois les m

Quiz. Décalez vos représentations de l'égalité professionnelle !

Testez vos connaissances et découvrez une grille de lecture des inégalités femmes-hommes au travail et des hypothèses applicables en entreprise.

close