Vous êtes ici

Fonds pour l'amélioration des conditions de travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Eurial adapte ses postes de travail pour limiter l'exposition de ses opérateurs aux gestes répétitifs

Spécialisée dans la production de fromages de haut de gamme, la production de l’entreprise est caractérisée par une variabilité saisonnière des volumes. Une vingtaine de salariés en CDI sont répartis entre la fabrication (dont le lavage) ponctuée de commandes divers à petits volumes et le conditionnement, lieu de reclassement des inaptitudes médicales et assuré par une équipe essentiellement féminine.

Concilier prévention des TMS et gestion industrielle

Si l'on considère les critères d'inclusion/exclusion cités précédemment, on peut retenir environ 800 entreprises régionales directement concernées par ce projet. Ces entreprises représentent près de 38 000 salariés. Si l'on considère que 65% de ces salariés occupent un poste en production (% généralement admis par la profession), ce sont près de 25 000 salariés qui sont concernés par ce projet.

Au cœur du dialogue social… sensibiliser et former les salariés sur les risques spécifiques majeurs

C’est à la demande de ses 4000 adhérents désireux d’un salon de proximité que la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB : http://www.capeb.fr) a pris l’initiative de créer BatiCap en Poitou-Charentes. Fruit de la mutualisation du dynamisme des quatre CAPEB départementales (Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne), BatiCap se veut avant tout le salon de l’ensemble des professionnels de la construction, désireux de se tenir informés des dernières nouveautés et tendances du secteur au cœur de leur région.

La Mission locale de Morlaix redéfinit son positionnement institutionnel et son fonctionnement

Cette structure porte une mission spécifique au sein du service public de l’emploi. Elle est constituée de deux pôles d’activité : un pôle administratif et un pôle technique (conseillères et travailleuses sociales). Son activité, inscrite désormais dans une Convention Pluriannuelle d’objectifs avec de nouveaux axes d’intervention, s’évalue de plus en plus à l’aune d’une logique de résultats : atteinte d’objectifs quantitatifs préalablement définis et attribution des financements en conséquence.

Intégrer le facteur humain dans le processus de conception des espaces et équipement de travail

L’UNA est le premier réseau français de l’aide, des soins et des services à domicile. Il compte plus de 1200 structures adhérentes dont la polyvalence permet de gérer plusieurs types de services adaptés à différents publics

. Elle organise différentes formations pour ses adhérents dans le but non seulement de consolider leurs compétences, mais aussi de préserver au maximum leur santé et leur sécurité dans le cadre de leur activité professionnelle.

La gestion du changement, un concerto à jouer à plusieurs mains…

Cette association s’occupe de l’accueil et de l’accompagnement des personnes en situation de détresse mentale, la défense de leurs intérêts et l’aide aux familles. Elle est composée de 16 établissements juridiquement distincts et regroupés en 6 pôles (services communs, travail adapté, occupationnel jour, enfance, foyer occupationnel et médicalisé, habitat) pour environ 341 salariés.

Des managers au plus près des équipes pour soutenir les projets et valoriser les résultats

Cette holding spécialisée dans la coiffure de luxe compte plusieurs SARL dont elle assure le soutien à la gestion (comptable, informatique marketing et finances, RH et GPEC…) et le management. Dans ce secteur d’activité où l’on compte cinq fois plus de maladies professionnelles et 8 ans de durée moyenne dans la profession, la direction a choisi d’initier des démarches de progrès continus nourries de trois concepts : autonomie, responsabilisation et délégation. L’intervention-expérimentation est circonscrite à 6 salons de coiffure pour environ près de 70 salariés et apprentis.

Poursuivre en autonomie son projet d’amélioration des conditions de travail : le défi de toute entreprise…

Cette entreprise de Midi-Pyrénées fabrique et commercialise 4 types de produits : les jambons secs, les saucisses sèches, les saucisses à griller et les pâtes et conserves. Avec plus de 100 salariés en production, elle a déjà réalisé un programme d’amélioration des conditions de travail, particulièrement de prévention des TMS, pour les activités de transformation de la viande (découpe primaire et secondaire, tranchage, désossage, reconstitution, formage, etc.) et de conditionnement (mise en barquette, filmage, etc.).

Prévenir les RPS chez les salariés en contact avec des personnes en souffrance ou en difficulté de socialisation

L’association accueille des jeunes, garçons et filles, âgés de 5 à 16 ans présentant des troubles de comportement et des difficultés de socialisation. Ces jeunes sont encadrés par 45 professionnels. Dans un contexte d’évolution de ses missions, et face aux nouvelles problématiques posées par les jeunes et aux contraintes de plus en plus fortes auxquelles est confronté son personnel, l’association mène une réflexion collective sur les risques psychosociaux. Le but étant de transmettre des repères méthodologiques et de d’élaborer un plan de prévention.

Pages

close