Vous êtes ici

Bruit. Des salariés plus exposés, mais un meilleur repérage des situations à risques

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

L'enquête SUMER trace les expositions aux risques professionnels des salariés du secteur privé. Des travaux publiés par la DARES montrent qu'ils sont davantage à être aujourd'hui exposés aux nuisances sonores, mais dans un contexte de meilleur repérage des expositions.

La direction de la statistique du ministère du Travail (DARES) a publié en mars 2012 une première exploitation de l’enquête SUMER. Couvrant la période 1994-2010, elle permet d'évaluer l’évolution des expositions aux risques professionnels des 17 millions de salariés du secteur privé.

Au cours des quinze dernières années, la proportion de salariés exposés à des bruits supérieurs à 85 dB(A), toutes durées d’exposition confondues, s’est accrue, passant de 13% en 1994 à 18% en 2003 puis 20% en 2010. 

Cette hausse concerne l’ensemble des catégories professionnelles, mais elle est particulièrement marquée pour les ouvriers. D'après les auteurs de l'étude, il est possible que cette évolution provienne en partie d’un meilleur repérage du bruit grâce à des campagnes de mesurage. Ainsi, l’abaissement en 2006 du seuil réglementaire à 80 dB(A) - seuil au-dessus duquel les salariés doivent faire l’objet d’une surveillance renforcée - a pu accroître le nombre de salariés plus particulièrement suivis par les médecins du travail du fait de leur exposition au bruit.

La proportion de salariés lourdement exposés au bruit (supérieur à 85 dB pendant 20 heures ou plus par semaine) est, elle, restée stable. Elle si situe autour de 6% depuis 1994. Mais la part des salariés lourdement exposés au bruit et ne disposant pas d’une protection auditive s’est réduite, passant de 2% en 1994 à 1% en 2010.

 

note: L’enquête SUMER

L'enquête SUMER (surveillance médicale des expositions aux risques professionnels) a été réalisée en 2009-2010 par 2400 médecins du travail auprès de 48 000 salariés du secteur privé, des hôpitaux publics et d’une partie de la fonction publique d’État et des collectivités territoriales, représentant près de 22 millions de salariés.

Elle dresse une cartographie des expositions des salariés aux principaux risques professionnels en France. Elle permet de réaliser des outils d’aide au repérage des expositions et de définir des actions de prévention prioritaires pour les acteurs impliqués dans le domaine du travail et de la santé au travail. Elle a été lancée et gérée conjointement par la direction générale du travail (et en son sein l’inspection médicale du travail) et la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares).

Pour aller plus loin :

- télécharger le rapport "L'évolution des risques professionnels dans le secteur privé en 1994 et 2010" (DARES)