Vous êtes ici

Bonnes pratiques. La branche céramique fait le lien entre absentéisme et conditions de travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Les partenaires sociaux de la branche des industries céramiques ont sollicité l'expertise de l'Anact et du cabinet ESSOR Consultants pour mieux comprendre le phénomène de l’absentéisme et rechercher des pistes de prévention.

Les entreprises de la branche des Industries céramiques de France, inquiètent de l'impact significatif de la suppression du délai de carence sur les absences de courte durée et la performance, ont souhaité aborder la problématique de l’absentéisme par le biais des conditions de travail (santé au travail, usure professionnelle, management, parcours professionnels, etc.).

Pour cela, la Confédération des Industries Céramiques de France a travaillé en 2011 avec l'Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (qui a piloté le projet) et ESSOR Consultants.

Objectif : permettre aux différents acteurs : entreprises, syndicats de salariés et syndicats professionnels d’employeurs de construire une définition partagée de l'absentéisme, préalable incontournable à l'élaboration d'une démarche de prévention durable.

Pour expliciter comment se posent les questions liés à l’absentéisme et quelles actions sont mise en oeuvre par les entreprises, les intervenants ont analysé, à partir des réalités du terrain, des situations concrètes dans les différents métiers de la céramique.

Comment se posent les questions liées à l’absentéisme dans les industries de la céramique ?

Des coûts cachés importants

Dans les entreprises de la céramique rencontrées, les auteurs de l'étude ont observé des coûts induits (égalemen appelés parfois « coûts cachés ») de l'absentéisme. Exemple : lorsqu’une absence inopinée entraîne l’arrêt de toute une ligne de production, faute de compétences disponible pour certains postes-clefs, l'entreprise enregistre des pertes sèches de production, qui, outre leur effet direct en termes de productivité, risquent d’entraîner des retards de livraison et une dégradation de l’image commerciale. Dans un cas analysé, le responsable rencontré a estimé à 10% la perte de production sur l’année.

Des pyramides des âges marquées par un poids important des tranches d’âge relativement élevées

Dans les entreprises de l'industrie céramique rencontrées, les intervenants ont constaté que les pyramides des âges étaient marquées par un poids important des tranches d’âge relativement élevées : la moyenne d’âge se situe souvent autour de 45 ans, voire plus. Pour autant, on observe aussi des effets de renouvellement avec l’arrivée de jeunes embauchés qui n’ont pas, apparemment, les mêmes types de comportement face au travail.

Une prédominance des causes liées aux caractéristiques du travail

Sur la base des constats réalisés dans les entreprises rencontrées, l'étude établi trois constats principaux :

1. Une prédominance des causes liées aux caractéristiques du travail

Les industries céramiques se caractérisent par la présence simultanée de plusieurs facteurs de pénibilité. De nombreux postes de travail de production comprennent par exemple :

  • des manutentions de produits lourds, et des postures contraignantes,
  • un environnement avec bruit, chaleur, humidité, poussières, etc.
  • la présence de travail de nuit et d’équipes alternantes, ainsi que de travail répétitif.

Dans les entreprises rencontrées, les deux premières catégories de contraintes (contraintes physiques du poste de travail et environnement) sont ressenties comme plus significatives. Le rôle des rythmes de travail paraît moins clair et les statistiques disponibles ne font pas apparaître systématiquement des taux d’absentéisme plus élevés pour les salariés en travail posté (3x8 ou autre). Cependant, il faut rappeler que, selon les études scientifiques sur le sujet, les effets néfastes sur la santé du travail posté n’apparaissent, tendanciellement, qu’après un certain nombre d’années de pratique.

Il apparaît donc que la réflexion sur l’absentéisme à partir de cette famille de causes doit être conduite en cohérence étroite avec les démarches développées par ailleurs sur la pénibilité, ou sur d’autres problématiques comme les seniors et le handicap.

Il convient cependant de ne pas oublier certaines contraintes spécifiques qui peuvent jouer un rôle : pression temporelle (travail sous contrainte de temps) ou facteurs de charge mentale (variabilité de la production, complexité de traitement des informations, etc.).

2. Une influence variable des contextes organisationnels et sociaux

La situation économique de l’entreprise peut jouer un rôle non négligeable. Pour les entreprises en situation difficile (et ayant pour certaines d’entre elles mis en oeuvre récemment des plans sociaux), le climat d’incertitude sur l’avenir et les craintes sur l’emploi peuvent intervenir de façon éventuellement contradictoire : au moment d’un plan social, le souhait de préserver son emploi peut induire des comportements d’auto-limitation des absences, de crainte de se mettre en situation difficile ; par contre, une fois les effectifs stabilisés, le maintien de craintes sur l’avenir risque d’induire une démotivation qui peut favoriser la remonté de l’absentéisme. Ce qui importe alors est d’arriver à faire partager au corps social de l’entreprise une perspective de redressement crédible, qui peut remobiliser les salariés.

Le contexte relationnel peut jouer un rôle, soit négatif, soit positif, par rapport à l’absentéisme. Des tensions dans les relations de travail entre salariés et encadrants, ou entre salariés au sein d’équipes différentes, ou encore entre salariés au sein d’une même équipe, sont de nature dans certains cas à favoriser le désengagement au travail. D’un autre côté, des pratiques managériales peuvent développer un climat de travail fondé sur la confiance et la solidarité entre salariés. Le soutien social ainsi créé peut contribuer à éviter le développement d’absences. Dans le même esprit, il semble que l’existence de méthodes de conduite de projet qui impliquent effectivement les salariés dans les différentes actions d’amélioration de l’organisation soit de nature à favoriser l’engagement au travail des salariés.

La gestion des âges dans l’entreprise. Certes, les pyramides des âges sont encore marquées par une forte proportion de salariés relativement âgés (les moyennes d’âge se situent souvent autour de 40 à 45 ans). Néanmoins, certaines entreprises ont à leur effectif une proportion significative de jeunes salariés. Et il apparaît que ce rajeunissement nécessite une adaptation des approches, dans la mesure où le rapport au travail de ces jeunes salariés peut être différent, et également où certains clivages peuvent émerger dans les relations entre jeunes et anciens.

3. Une influence de la vie hors-travail fonction des caractéristiques démographiques

Cette troisième famille de causes paraît moins importante. La faible présence de personnel féminin au sein des effectifs de production, associée à l’âge moyen assez élevé, tend à relativiser les questions de prise en compte des contraintes familiales telles que la garde d’enfants.

Néanmoins, l’existence d’horaires alternants ou d’organisation avec des horaires décalés fait apparaître dans certains contextes des préoccupations liées à la qualité de la vie sociale (par exemple la possibilité de participer à des activités collectives, sportives ou associatives). Par ailleurs, comme indiqué plus haut, le rajeunissement de la population dans certaines entreprises peut contribuer dans les années à venir à développer ces sujets.

Les préconisations

L'étude de terrain conduite à permis à l'ANACT et au cabinet ESSOR Consultants de livrer aux différents acteurs de la branche des éléments pour mieux appréhender le phénomène de l'absentéisme. Ces éléments peuvent être retrouvés dans leur intégralité, accompagnés de pistes d'actions, dans le guide "Comment agir pour prévenir l’absentéisme dans les industries céramiques ?".

 

Témoignages vidéo d'autres démarches conduites par des entreprises de la céramique :


Cette démarche a bénéficié d'un financement du
Fonds pour l'Amélioration des Conditions de Travail (FACT)

 

Crédits illustration : www.carrieres-materiaux.com

note: A paraître aux Editions du Réseau Anact

couverture ouvrage absenteisme

Absentéisme et conditions de travail, l’énigme de la présence

A paraître le : 20/11/2012
Auteur : Rousseau (Thierry)
Prix : 19 Euros