Vous êtes ici

Bâtiment : mieux accueillir et intégrer les jeunes

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
229
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Dans cette entreprise de gros œuvre en bâtiment, la moitié des 65 salariés a plus de 50 ans, 10 d’entre eux partiront dans les 3 ans. Or, plus de 50% des jeunes embauchés ne restent pas. Pour favoriser leur intégration, l’entreprise engage une démarche de fond pour développer la motivation des tuteurs.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette entreprise du secteur de la construction / gros oeuvre de bâtiment emploie 65 ouvriers. Elle est confrontée, comme beaucoup d’autres dans ce secteur, a un phénomène de vieillissement de ses salariés : 48 % d’entre eux ont plus de 50 ans. 10 départs sont prévus dans les 3 prochaines années.

Elle est également en difficulté pour trouver la main d’œuvre dont elle a besoin et doit faire face à un taux de rupture de plus de 50 %, le plus souvent des jeunes en insertion "trouvant le travail, les horaires, l'autorité" difficiles.

Demande 

Le secteur du bâtiment étant souvent cité comme peu attractif, par les jeunes notamment (image de la profession, perception du niveau des rémunérations et des conditions de travail…), l’entreprise souhaite être accompagnée pour améliorer les conditions d’accès au travail et pour favoriser l’intégration dans la durée des publics dont elle a besoin, souvent avec un faible niveau de qualification.

Pour cela, elle souhaite notamment maintenir et développer la motivation des tuteurs et des collectifs et équipes de travail, qui ont à accueillir et à accompagner l’intégration de nouveaux salariés.

Démarche 

La démarche suivie par l’entreprise prend la forme d’un diagnostic initial, suivi d’un accompagnement dans la durée. La forme « diagnostic » permet à la fois un état des lieux des situations d’accueil, d’intégration et de travail et une « photographie » des ressources internes et de la manière dont elles contribuent à ces processus d’intégration et dont elles pourront être mobilisées sur les actions d'adaptation de ces modalités.

La méthodologie retenue permet la rencontre de la hiérarchie, dont le Directeur des travaux et certains conducteurs de travaux, ainsi que des visites de chantier avec des entretiens associant les chefs de chantiers, certains "tuteurs", des jeunes en formation et d'autres salariés de manière informelle. Les représentants du personnel sont rencontrés dans le cadre de ces entretiens, et à l'occasion d'un CE spécifique.

L’intervention se poursuit par la livraison d’éléments d’analyse sur les situations observées ainsi que sur des propositions d’orientations utiles à l’entreprise pour éclairer ses choix et sa conduite de projet en matière de processus d’accueil et d’intégration de ces nouveaux salariés, ou futurs salariés.

Une aide à l'élaboration d'un programme d'actions est engagée, consolidant des actions en cours (mise en place d'une mission de coordination interne "accueil jeunes embauchés", pratique de tutorat...) et définissant des pistes nouvelles (structuration de la fonction de tuteur, actions internes de communication et de sensibilisation sur le transfert de connaissances et de compétences, ainsi que sur le renouvellement nécessaire des générations, définition de moyens et organisation du temps pour l'accueil et l'intégration des jeunes).

Enfin, la démarche s’achève par un appui à la mise en place du tutorat, démarche certes existante, mais peu organisée et peu reconnue, même par les compagnons : définition des missions, rôle et coordination avec les autres acteurs de l'entreprise (conducteurs, chefs de chantier, services administratifs, RH), accompagnement de la formation (assurée par les Compagnons du Devoirs) et de l'installation des tuteurs (réunion de coordination et d'échanges).

Bilan 

L'entreprise considère avoir énormément progressé. La mission de coordination de l'accueil et de l'intégration des jeunes, prise en charge au départ par une seule personne, a été confiée ensuite à une commission permanente qui organise des réunions d'information et de présentation de l'entreprise aux candidats.

La prise de conscience de la nécessité pour l'entreprise de "renouveller" ses effectifs en intégrant des jeunes est aujourd'hui partagée. Il y a une réelle volonté d'agir au quotidien afin de favoriser leur intégration et leur acquisition de compétences, notamment chez les tuteurs et les compagnons. Toutefois, la question de la disponibilité se pose encore parfois au niveau des chefs de chantiers, sauf "s'ils ont envie de bosser" et qu'il n'y en aient pas "trop en même temps sur le chantier".

L'entreprise, et son Directeur veulent poursuivre dans cette voie. L'impulsion initiale a permis d'obtenir des résultats significatifs, même sur des petits nombres pour l’instant. Cette démarche étant encore récente, un recul et du temps sont nécessaires afin d'apprécier pleinement son efficacité.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te