Vous êtes ici

Avoir mal à son travail: pas qu'un simple jeu de maux…

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
1155
Catégorie
Secteur d'activité
Effectif
Code APE
Région
Dans cette structure travaillant dans le secteur social, plusieurs plaintes sont identifiées qui font état des souffrances au travail. Au-delà de la nature même de l’activité (accueil, accompagnement et aide à domicile de personnes en difficulté), l’organisation du travail pose problème. Sollicitée pour réaliser un diagnostic RPS, l’Aract propose une méthodologie de travail fondée sur la concertation et l’implication de l’ensemble des salariés dans l’analyse et l’identification des facteurs de risque, puis dans la recherche de solutions concrètes pour améliorer les conditions de travail de tous.

Ajouter à ma liste de lecture

Qui ? 

Cette association a été créée en 1963 afin «de contribuer à l’amélioration des conditions sanitaires, économiques et sociales de la population la plus déshéritée des DOM ». Ses missions sont : l’accueil, l’accompagnement, l’aide à domicile et le développement d’activité collectives à destination des familles et personnes en difficulté. Elle participe aussi, en collaboration avec d’autres partenaires, à la recherche de réponses innovantes adaptées aux besoins du public. Elle emploie 130 salariés répartis sur plusieurs sites dans le département.

Quel était le problème à régler ?  

À la suite de nombreuses plaintes et des remontées de cas de souffrance au travail, les partenaires sociaux de l’association sollicitent l’Aract pour réaliser une analyse de leurs conditions de travail et d’organisation. L’intervention porte ainsi sur la conduite d’un diagnostic des risques psychosociaux, avec pour objectif de construire un plan d’actions visant à réduire et de prévenir les facteurs de risques à l’origine de l’apparition des risques psychosociaux.

Qu’ont-ils fait ?  

L’intervention menée s’inscrit dans le cadre d’une démarche concertée et participative ; elle se décline en plusieurs phases.

Au préalable de l’intervention, et pour formaliser le processus de concertation prôné par l’Aract, un protocole d’intervention tripartite. Avec cet outil, l’Aract (3e signataire), s’assure de l’engagement des deux parties de la structure - direction et représentants du personnel - de respecter la concertation et la faire vivre tout au long de la démarche.

Dans un premier temps, un comité de pilotage concerté est mis en place. Il se compose de représentants de la direction, de représentants du personnel (CHSCT, DP et CE) et d’agents représentatifs des catégories socioprofessionnelles et des métiers. Sa mission est de suivre la démarche et de valider les décisions prises tout au long du processus.

Puis, plusieurs ateliers de sensibilisation, à destination des membres du comité de pilotage et de l’ensemble des salariés, sont réalisés avec pour objectif de partager le même niveau d’information sur les notions de risques psychosociaux ainsi que sur la méthodologie déployée.

À l’issue de cette phase de sensibilisation, des entretiens individuels basés sur le volontariat et l’anonymat, sont conduits. Ces interviews ont permis de rencontrer 50 salariés (managers et agents confondus) sur 130, soit 38,5% de l’effectif.

Les entretiens se basent sur la méthode ELVIE, créée et développée par l’Aract. Elle s’inspire du modèle théorique « tension-régulations » de l’Anact.

Les guides d’entretiens utilisés répertorient 15 composantes du travail réparties dans 4 familles de tensions :

- tensions liées aux contraintes du travail ;

- tensions liées aux changements du travail ;

- tensions liées aux relations de travail ;

- tensions liées aux exigences et valeurs du salarié.

Cette approche permet d’avoir une vision globale et systémique du travail. Le guide remis aux managers compte 61 items, celui destiné aux agents, 56. L’exploitation des résultats issus des entretiens se réalise en quatre temps:

- Dépouillement et traitement des données, à partir d’un logiciel de traitement d’enquêtes.

- Analyse quantitative, c’est-à-dire l’analyse des taux de réponses négatives et positives traduites en « vécu » négatif ou positif. Cette étape permet d’identifier les composantes du travail les plus critiques ainsi que les facteurs de risque qui y sont associés, et enfin, de les hiérarchiser.

- Analyse qualitative se base sur les verbatim exprimés par les répondants. En effet, au cours des entretiens, ils ont la possibilité d’illustrer leurs réponses par des exemples de situations précises, des commentaires et toutes autres informations jugées importantes.

- Formulation du diagnostic qui résulte de la mise en lien entre l’analyse quantitative et l’analyse qualitative.

Enfin, une fois le diagnostic établi, il est restitué dans un premier temps au comité de pilotage pour validation, puis à l’ensemble du personnel pour information et diffusion. En outre, plusieurs notes de communication ont été formalisées tout au long du processus. L’objectif étant d’informer l’ensemble des salariés sur le projet, ses objectifs, son état d’avancement et les résultats obtenus.

Pour quels effets ?  

La démarche de prévention des risques psychosociaux proposée par l’Aract répond à plusieurs objectifs:

- redonner un caractère collectif à une situation qui est souvent vécue de façon individuelle;

- mettre en débat les questions relatives à un vécu de souffrance au travail;

- identifier les facteurs de risque responsables de ces situations;

- identifier des actions d’amélioration et de prévention adaptées.

À l’élaboration du diagnostic, le comité de pilotage a choisi de formuler l’analyse par catégorie de métier. Il en ressort des dysfonctionnements communs et spécifiques à chacune d’elles. Parmi les principales sources potentielles de tensions majeures identifiées, on trouve la « charge de travail » qui se manifeste par du travail dans l’urgence, des contraintes de temps, et un manque de moyens (financiers, matériels et humains).

L’étape d’identification d’actions d’amélioration et de prévention est en cours. Le directeur de la structure a tenu à participer personnellement aux séances de travail pour optimiser la validation du plan d’actions qui devra être restitué à l’ensemble des salariés.

Méthodes et outils associés

1
2
3

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te

Le Directeur Général du Travail a présenté le 18 octobre le quatrième volet de la campagne pluri-annuelle de prévention des troubles musculo-squele

close