Vous êtes ici

Animateur sportif : le corps en péril

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Risques psychosociaux

A propos

Référence
023
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Confronté à une multiplication des accidents du travail chez ses animateurs sportifs, un "club forme" de Haute-Savoie met en place une politique de prévention des risques afin d'allier qualité de service et bien-être au travail.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Au sein de cette entreprise d'activité thermale (" hydrothérapie " et " club forme "), implantée en Haute-Savoie, une réflexion s'est engagée en 1999 sur une double évolution : le groupe auquel elle appartient envisage de la céder à une filiale d'activité touristique (cession effective en 2001) ; l'établissement doit passer du statut de centre de coût à celui de centre de profit avec des objectifs de rentabilité.

Le “ club forme ", qui dépend de cette entreprise, est une petite unité employant cinq animateurs sportifs permanents et deux vacataires. Son activité est centrée sur des cours collectifs de gymnastique avec trois types de produits : fitness, musculation, aquagym

Demande 

Entre janvier 1994 et septembre 1999, l’entreprise enregistre 12 accidents du travail avec arrêt. Six des sept animateurs sont concernés. Les blessures sont multiples et sérieuses (rupture du tendon d’Achille, déchirures, lésion méniscale, claquages…). Un des accidents conduit à une inaptitude et au reclassement d’un salarié de 30 ans.

A son arrivée en mars 1999, la nouvelle direction instaure un dialogue avec le personnel pour remédier à cette situation jugée critique. Plusieurs dispositions sont prises en 2000 : nouvelle organisation, modification des plannings, renforcement de l’équipe par des CDD... L’amélioration est, selon les salariés, notable, malgré un nouvel accident en novembre 2000.

Début 2001, la direction du groupe, conjointement avec le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et de conditions de travail), fait appel à ARAVIS (Aract Rhône-Alpes) pour parfaire la démarche engagée.

A court terme, l’objectif est d’assurer l’activité de l’année à venir avec une population d’animateurs fragilisés par des blessures dont les séquelles sont difficiles à évaluer.
A moyen terme, il s’agit d’élaborer une politique de prévention pérenne et de pousser plus en avant la réflexion sur les questions du vieillissement de la population salariée et de la gestion des parcours professionnels.
A noter que ce dernier sujet est quelque peu tabou pour des animateurs sportifs très attachés à leur métier et ayant une représentation parfois singulière du vieillissement dans cette profession : “ si tu restes jeune dans ta tête, le corps suit ”…

Démarche 

Une première analyse révèle un certain nombre de facteurs contribuant à l'émergence d'accidents du travail :

1. La mode de la gymnastique "hypertonique" : les exercices sollicitent fortement les organismes et sont accompagnés par des ambiances musicales à rythmes soutenus. Le rôle de l'animateur sportif n'est plus pédagogique (le professeur de sport qui montre, fait faire et éventuellement conseille et corrige) mais "activateur" (l'animateur entraîne et tire le groupe).
2. Le sport, produit commercial : la notion de résultat conduit à augmenter le nombre et taux de remplissage des cours collectifs.
3. Une charge de travail importante : les cours peuvent se succéder en continu sur l'amplitude de la journée, d'où une sollicitation intensive sur le plan physique.
4. Un problème touchant toutes les tranches d'âge : plus que de vieillissement, il convient de parler d’usure.
5. Le corps, outil de travail : le corps et l'outil se confondent, d'où la question de l'image et de la représentation que chacun a de lui-même face à la clientèle.

Un groupe de travail est constitué, avec des animateurs sportifs et la direction. Le projet est suivi par un comité de pilotage réunissant membres du CHSCT et médecin du travail.

Objectif : bâtir une “grille commune d’analyse”, élargir le champ de vision des animateurs sportifs et de leur responsable sur les questions de santé au travail, initier une logique de recherche de compromis par le dialogue sur le segment performance/santé et mettre en évidence l’intérêt d’une construction collective et partagée du changement.

La recherche des causes, étape suivante, s’appuie sur la technique de résolution de problèmes. Elle permet d'analyser en détail la situation quotidienne de travail des animateurs sportifs. Elle permet une prise de recul et une approche large et sans a priori des problèmes.

Après quelques séances de travail, l’hypothèse d’une explication multi-factorielle du risque d’accident se confirme avec pas moins de dix familles de déterminants identifiés, dont une seule relevant des conditions physiques du travail : environnement physique, type de management, organisation du travail et planification, dépendance organisationnelle et niveau d’autonomie, communication interne et partage de pratique, stratégie commerciale et financière, qualité du dialogue social, conception des produits et modalités d’apprentissage, relation et service à la clientèle, vieillissement et gestion de carrière. Des fiches répertoriant les causes identifiées et les solutions à mettre en œuvre sont élaborées.

Peu à peu s’établit un lien entre re-construction de la santé des salariés et redéfinition du service à la clientèle. La politique commerciale, à l’origine centrée sur les produits hypertoniques et collectifs et des résultats appréciés en termes de volume de cours, cantonnait les animateurs dans une activité limitée aux aspects sportifs, d’où un sentiment souvent exprimé “d’abattage” : “un animateur qui ne transpire pas est un animateur qui ne travaille pas”.

Le choix d’évoluer vers une individualisation du service à la clientèle privilégiant la qualité, (intégrant dans le travail des animateurs des activités d’accueil, de vente de produits dérivés, de conseil concernant les autres prestations proposées par le Groupe, de suivi individualisé des clients, etc.) sont autant de moyens d’organiser l'alternance de tâches “douces” et “intensives” au sein des plannings, d’où une meilleure gestion des temps de récupération. D’autres décisions comme l’élimination des cours collectifs en dessous d’un seuil minimum de fréquentation ou la création de nouvelles activités, le recentrage sur des courts séjours (activités plus douces et relaxantes) complètent la réflexion mixant bien-être des salariés et qualité de prestation.

Bilan 

Dans le cadre de l’évolution de la politique commerciale, la santé est devenue un sujet de réflexion collective au sein de l’équipe.

Les animateurs sportifs se sont approprié la méthode : ils sont désormais en capacité d’agir sur leur situation de travail.

Le résultat le plus positif tient sans doute au fait que les animateurs sportifs aient repris collectivement l’initiative de la construction de leur propre santé (marges de manœuvre et de régulation plus importantes), tout en participant activement à la réflexion sur la performance de l’entreprise et l’évolution du service à la clientèle.

Aucun accident ne s’est produit dans l’établissement depuis novembre 2000.

La nouvelle politique commerciale se met en place. Avec elle, c’est le métier même d’animateur sportif qui évolue. Il est intéressant de constater que les animateurs les plus âgés commencent à intégrer dans leur travail des activités à la périphérie du sport (" ressourcement maman-bébé ", par exemple).

Méthodes et outils associés

1
2
3
Prévention des suicides, prévention des RPS  : qu’est-ce qui a changé  ?

Le procès en lien avec la succession de suicides survenus à France Télécom durant les années 2000 vient de s’ouvrir. 

Visuel de Une - Webinaires

En juin, l'Anact proposera deux nouveaux webinaires.

Découvrez la 2ème édition de notre jeu « Les risques psychosociaux dans le Document Unique »

Le réseau Anact-Aract dévoile aujourd’hui la 2ème édition de son jeu pédagogique.

Formations

Formation qui permet d’acquérir les bases méthodologiques pour analyser ses données sociales et...

Formation qui permet d’acquérir une nouvelle technique d’animation et de transfert de la méthode...