Vous êtes ici

Améliorer les conditions de travail dans la filière alimentaire

Ajouter à ma liste de lecture

Méthode Anact sur l'amélioration des conditions de travail dans l'industrie agroalimentaire

Mettre en place une démarche d’amélioration des conditions de travail dans une entreprise de la filière alimentaire, c’est également améliorer sa performance et son attractivité. Pour y parvenir l’Anact propose une méthode en 3 points.

Dialoguer et poser les enjeux avant de se lancer

A chaque niveau de décision (national, territorial, entreprise), l'Anact peut aider à outiller et animer un débat autour des conditions d’emploi et de travail et permettre de créer une culture commune, de décloisonner les représentations.

Il ne s’agit pas de pointer uniquement des faits que les acteurs perçoivent négativement et qu’ils peuvent chercher à occulter (sinistralité ou turn-over par exemple), il s’agit plutôt de les aider à éclairer les situations, à traduire des questions qui se posent, à formuler des hypothèses sur des voies d’amélioration et à guider l’action.

Apprendre les uns des autres : la force du témoignage

La qualité de vie au travail (QVT) c’est quoi au juste ? Comment s’y prendre ? En prenant appui sur les retours d’expériences, les pratiques exemplaires et les témoignages d’entreprises, le réseau Anact-Aract organise des ateliers ou des évènements qui ont vocation à sensibiliser et à former sur la QVT. Ces actions s’adressent aussi bien aux dirigeants, encadrants, chefs de projets qu’aux représentants des salariés, en prenant appui sur des situations réelles de travail.

Le travail en inter-entreprises (clubs, groupes pilotes, ateliers, clusters) permet un échange d’expériences à partir de situations concrètes, une formulation commune des problèmes et une recherche commune de solutions, ainsi que l’identification et le partage d’éléments généralisables. Cette dynamique collective aide les entreprises à soutenir leurs propres actions dans la durée. C’est aussi l’occasion de rencontres entre dirigeants, représentants de salariés, experts et institutionnels de la prévention.

Voir large : de l'amélioration de l'environnement physique à l'évolution de l'organisation du travail

La santé des travailleurs dépend seulement pour partie de l’environnement physique de travail : il est essentiel de faire le lien avec l’évolution de l’organisation du travail et le fonctionnement plus global de l’entreprise (politique RH, managériale, relations professionnelles, formation, organisation de la production et de la maintenance, relations avec les fournisseurs, clients et prestataires, gouvernance etc.).

Le réseau Anact-Aract mène des actions d’accompagnement de portée collective qui tiennent compte des caractéristiques des personnels. Les mesures de type accompagnement individuel des salariés sont complémentaires, ainsi que toute initiative développée selon la culture des entreprises visant l’amélioration du confort au travail, mais elles ne se substituent pas à l’installation d’une démarche de prévention durable dans les établissements. 

Les projets d'aujourd'hui sont les conditions de travail de demain

Il s’agit de replacer l’activité de travail au coeur de tout projet de transformation car c’est un moment stratégique pour l’entreprise et parce que les conditions de travail de demain en dépendent.

Dans l’agroalimentaire, les contraintes de production sont souvent fortes avec des délais à respecter et une gestion immédiate des aléas, ce qui explique en partie la difficulté à structurer et à conduire les projets sur du moyen terme.

Les démarches d’automatisation, de robotisation se font souvent sous un angle de fonctionnement purement technique mais peu sous l’angle de l’utilisateur ou du travail.

L’activité est également marquée par une saisonnalité qui peut compliquer l’implication des futurs utilisateurs dans les projets de transformation.

Il s’agira ici d’aider les entreprises à réduire les risques des projets (techniques, financiers,  humains, de délais), d’anticiper les questions du travail et de la santé, de mener les projets en impliquant les salariés et leurs représentants et d’en faire des opportunités de développement et de transfert des compétences.