Vous êtes ici

Aller au-delà de l’aménagement des postes pour réduire les contraintes

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email
Cas entreprise Mecabourg

A propos

Référence
358
Catégorie
Secteur d'activité
Code APE
Région
Confrontée à des difficultés économiques, cette faïencerie qui a besoin d’un savoir-faire précieux décide de développer la polyvalence et de prévenir l’usure professionnelle de ses salariés, pour maintenir sa performance. En analysant plus globalement l’organisation du travail, elle enrichit son projet d’entreprise, essentiellement centré sur l’aménagement physique des postes.

Ajouter à ma liste de lecture

Description 

Cette entreprise fabrique une gamme très large de produits (art de la table, objets de décoration,…) dont les décors sont réalisés à la main. En dépit d’une notoriété importante et d’un réseau de distribution mondial, elle se trouve confrontée à une concurrence de plus en plus forte. Face à une chute importante de son chiffre d’affaires, elle se sépare d’une partie de son personnel. Aujourd'hui, l'établissement emploie essentiellement une main d’œuvre féminine, détentrice du savoir-faire traditionnel.

Demande 

L’entreprise doit répondre à deux enjeux : d’une part, maintenir son niveau de production avec le même niveau de qualité malgré la diminution d’effectif et l’impossibilité d’embaucher ; d’autre part, préserver la santé des salariés qui possèdent un savoir-faire précieux acquis au fil de l’expérience. Elle s’engage donc dans un projet pour favoriser la polyvalence afin de compenser la perte d’effectif et prévenir l’usure professionnelle de salariées vieillissantes.

Démarche 

L’entreprise décide d’aménager deux postes : celui de l’emballage et celui du contrôle de produits finis. En effet, ces deux postes sont coûteux autant pour les salariés en termes de santé (ports de charges, postures contraignantes), que pour l’entreprise en termes de temps de cycles, avec notamment de nombreuses reprises d’une même pièce. Constitué de membres de l’encadrement et de représentants du personnel, un groupe projet travaille aux aménagements physiques de ces postes. Il propose plusieurs scénarii possibles. L’entreprise souhaite vérifier la cohérence des aménagements avec les besoins du travail et identifier d’autres leviers d’action.


L’atelier dans lequel se trouvent les deux postes à aménager comporte trois activités : d’abord le tri et le contrôle-qualité des produits en sortie de production. Ceux déclarés conformes sont dirigés vers le stockage, les autres repartent dans la zone de fabrication pour rectification. Ensuite, la préparation des commandes : les produits nécessaires sont prélevés dans les stocks et rangés dans des cartons par référence. Enfin, l’emballage et le conditionnement.

Les observations des situations de travail confirment plusieurs difficultés : certaines postures s’avèrent contraignantes aux postes de tri des produits et de préparation des commandes, ce qui génère fatigue et risque de pathologie du rachis. Par ailleurs, les manipulations répétées des mêmes produits accentuent le risque de casser ces produits et augmentent le temps de préparation.

Les conditions matérielles constituent la cause première de ces difficultés. En effet, les étagères de stockage non seulement sont hautes mais profondes, les chariots brinqueballent en hauteur, les espaces de travail sont étroits. Résultat : les salariés travaillent soit en extension, soit en flexion, soit en contorsion. Autant de positions qui favorisent l’apparition de troubles physiques et renforcent l’usure professionnelle.

Mais l’organisation du stockage et des flux favorise également l’émergence de ces difficultés : les pièces stockées sont difficilement accessibles ; traitées par des personnes différentes avec des logiciels différents, les commandes impliquent des saisies répétées ; et la gestion de ces commandes ne pouvant être traitées en continu nécessite d’aménager des zones de stock tampon dans des espaces non prévus (zone de circulation des personnes). L’encombrement sature alors les lieux de travail.

En conséquence, face à ces contraintes, les tâches se réalisent dans l’urgence, pour parvenir malgré tout à respecter les délais.

Bilan 

A l’issue du diagnostic, deux propositions sont formulées pour enrichir l’aménagement des postes et l’organisation. D’une part, il s’agit d’améliorer le système d’information sur l’état du stock, de telle manière que les opératrices sachent où trouver les pièces, en identifiant par informatique la présence et la localisation de ces pièces dans les différentes zones.

D’autre part, il s’agit de perfectionner la circulation des informations concernant les commandes, en particulier pour éviter les phénomènes de double saisie.

Méthodes et outils associés

1
2
3
outils travail

Le réseau Anact-Aract propose différents outils et services destinés à ceux qui s'engagent dans des projets d'amélioration des conditions de travai

Publiées dans un supplément au n°345 de la revue Travail et changement, ces 12 propositions sont autant de voies d’amélioration du fonctionnement d

Perçue comme un modèle d’efficience, de rationalisation et de rentabilité, la méthode lean est adoptée par l'industrie mais aussi par le secteur te

Formations

Formation qui permet d’acquérir les bases méthodologiques pour analyser ses données sociales et...