Vous êtes ici

Aide à domicile : un travail atypique

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

Outre les formes juridiques et les valeurs portées par les structures, les modalités d’intervention d'une aide à domicile peuvent varier d’une structure à l’autre, voire, au sein d’une même structure, d’un bénéficiaire à l’autre.

Des modalités d'intervention hétérogènes

Outre les formes juridiques et les valeurs portées par les structures, les modalités d’intervention d'une aide à domicile peuvent varier d’une structure à l’autre, voire, au sein d’une même structure, d’un bénéficiaire à l’autre.

Par ailleurs, deux modalités de gestion de l’activité coexistent : l’activité "mandataire" (où le bénéficiaire est le véritable employeur) et l’activité "prestataire" (où c’est la structure qui est l’employeur du personnel).

Pour les salarié(e)s, généralement occupé(e)s à temps partiel par ces structures, s’ajoutent régulièrement des activités négociées de gré à gré avec un bénéficiaire employeur. Ils sont ainsi confrontés à un cumul d’emplois, avec plusieurs employeurs et un cumul de statuts d’emploi. Cette situation a des incidences fortes sur l’organisation et les conditions de la réalisation de leur travail. Elle rend plus difficile l’accès à la formation professionnelle.

Un travail atypique

Les métiers des services à la personne souffrent encore de stéréotypes. Celui d'aide à domicile, principalement, reste encore trop associé à des activités relevant de la "néo-domesticité" et résumé au simple exercice de tâches ménagères. Le travail domestique n’étant pas une production de biens tangibles, sa complexité reste donc encore trop invisible. Il ne se voit pas. Par contre, c’est lorsqu’il n’est pas effectué ou mal effectué, que la valeur de ce travail se rend visible.

Cette invisibilité empêche la reconnaissance du travail sur un registre professionnel ; elle participe aussi à la construction d’une norme d’emploi au féminin, fortement marquée par la précarité (sous-emploi, salaires très faibles).

Pour toutes ces raisons, le secteur des SAP constitue un bon révélateur des inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes et des mécanismes sociaux qui les génèrent et les entretiennent.

  • L’aide à domicile est un métier caractérisé par une forte dimension relationnelle se traduisant par un processus de co-production du service
  • Relation de service par nature évolutive nécessitant d’adapter et de personnaliser constamment la prestation
  • Co-construction limitée par une tendance à la standardisation des services via les organismes financeurs
  • Risque de conflit de prescriptions

Des activités qui se caractérisent par des situations de travail

  • Au sein d’un lieu particulier qu’est le domicile (espace privé / lieu de travail)
  • Aussi variées que les bénéficiaires dont les intervenantes ont la charge
  • Complexes car combinant des dimensions matérielles, sociales, psychologiques, sanitaires… et évolutives

Pourtant, une reconnaissance professionnelle balbutiante

  • Une activité fortement féminisée trop souvent cantonnée à la sphère domestique
  • Des statuts professionnels peu valorisants
close