Vous êtes ici

10 questions sur les maladies chroniques évolutives au travail

Bloc des outils de page

Envoyer la page par email

Ajouter à ma liste de lecture

10q_sur_mce
Type de publication
Page(s)
11
Auteur(s)
  • Anact
0

Cancer, diabète, sida, polyarthrite rhumatoïde évolutive grave… les maladies chroniques évolutives (MCE) constituent un défi de santé publique. Précisément, les progrès continus de la médecine permettent d’améliorer le cadre de vie des personnes touchées par l’une de ces maladies.

La question se pose avec acuité dans le monde du travail. Le bon sens voudrait qu’on éloigne ces personnes de la vie professionnelle. L’intention de les protéger est louable mais cela revient à les centrer sur leur maladie avec, le plus souvent, un effet d’isolement qui les fragilise davantage. Cette approche est aujourd’hui remise en cause. 

D’abord parce que l’idée que le travail peut être facteur de santé fait son chemin. Bien entendu, il faut que les conditions soient réunies et c’est sur ce plan que le réseau Anact-Aract intervient. Ensuite parce que le vieillissement de la population active et la plus forte probabilité de contracter avec l’âge une maladie chronique interpellent les DRH. En prenant des dispositions en amont, il y a moyen de réguler des problèmes d’absentéisme et d’inaptitude. Enfin parce qu’il existe des marges de manœuvre dans les entreprises pour faciliter le maintien en emploi, notamment au niveau des organisations du travail. Reste à les faire connaître et à les adapter selon les milieux professionnels. C’est le but de cette publication qui apporte un premier niveau d’information sur la démarche à suivre.