Qualité de vie au Travail ·  PENIBILITE ·  RPS ·  AGES ·                                                                  

TMS ·  CHSCT ·  EGALITE F/H ·  ABSENTEISME ·  TUTORAT ·                                                       

SAP ·  IAA ·  AGRICULTURE ·  LOGISTIQUE ·  HOPITAL                                                        

e-transformation ·  Professionnalisation ·  CONCEPTION ·  Reconnaissance                                                       

Tous les thèmes

Accueil
Réseau Anact-Aract
Services
Actualité
Cas et accords
Dossiers
Publications
Vidéos
International
Presse
Contacter l'Anact
Agence nationale
pour l'amélioration des conditions de travail
Augmenter la taille du texte
Réduire la taille du texte
|
|
Drapeau Anglais

Risques psychosociaux au travail : faut-il mesurer pour prévenir ?

Publié le 25-OCT-12 par ANACT | picto imprimante Imprimer
Peut-on mesurer les RPS ? Doit-on d'ailleurs les mesurer ? Et si oui, comment s'y prendre ? Pour proposer des réponses à ces questions que se posent souvent les entreprises, le CREST organisait le 22 juin 2012 un séminaire. Retour vidéo.
Image d'illustration de l'article

Le Centre de recherche en économie et statistique (CREST) a réuni à Paris des experts pour une journée de travail sur la mesure des risques psychosociaux. C’est principalement au cours de la matinée que les interventions sur les approches quantitatives étaient regroupées.

Dans un premier temps, Michel Gollac (CREST) a tenté de répondre à quelques questions posées par l’utilisation des questionnaires : pourquoi les utiliser, et à quoi servent-ils en fin de compte ? Leur utilisation peut-elle entraîner des effets indésirés, voir nuisibles ? Ne risque-t-on pas de générer ainsi de faux espoirs d’amélioration des conditions de travail ?

Pour Philippe Davezies (Université Lyon 1), l’action en santé au travail dans l’entreprise doit s’attaquer aux effets de l’intensification du travail, mais cela suppose une mise en visibilité de l’activité, et la reconstruction de repères communs. En ce qui concerne l’utilisation des questionnaires, il considère que l’approche statistique hausse le débat au niveau de la critique sociale, mais risque de laisser libre cours au développement d’expertises coupées du travail.

Get Microsoft Silverlight

Marc Loriol (ENS Cachan) critique, lui, surtout les questionnaires basés sur une échelle (d’accord… pas d’accord) : le problème de ces échelles est qu’on ne sait pas exactement ce qu’elles mesurent. Leur validation et leur calibrage restent à améliorer.

Sur un autre plan, Roland Rathelot (CREST) a présenté une approche d’économiste, centrée sur la mesure de l’impact des changements organisationnels sur la santé des travailleurs. En effet, si les entreprises changent constamment leur organisation, les éventuelles conséquences néfastes sur la santé des travailleurs, constituent une externalité négative supportée par la collectivité. De plus les nouvelles formes d'organisation conduisent à plus de responsabilité et une intensification de la pression au travail. Pour lui, l’analyse des relations entre ces conditions de travail stressantes et le développement des pathologies peut être approchée par l’utilisation de questionnaires comme ceux de Siegriest et Karasek.

Quant à Elena Cottini (Université Catholique de Milan), elle a présenté une étude sur « santé mentale et conditions de travail dans les pays européens » (intervention en anglais)

La souffrance au travail : un phénomène européen

Get Microsoft Silverlight

L'après midi avait pour thème "La souffrance au travail : un phénomène européen".

Agnes Parent-Thirion (Fondation de Dublin) est intervenue sur les risques psycho-sociaux en Europe, en commentant les résultats de la 5ème enquête européenne des conditions de travail. Après avoir pointé quelques spécificités françaises, elle explique que l'attention portée aux politiques de l'emploi a éclipsé le suivi des transformations du travail et des conditions de travail.

Dominique Méda (Centre d’Etude de l’Emploi – Université Dauphine) s'est, elle, exprimée sur le rapport des Européens au travail.

La table ronde sur le monde du travail face aux RPS

Get Microsoft Silverlight

Le séminaire s'est terminé par une table ronde rassemblant Michel Gollac (CREST), Bruno Gibert (Ville de Paris) Sous-Directeur de la prévention et des actions sociales et de santé à la DRH, Loup Wolf (CREST-LSQ), Thomas Coutrot (DARES), chef du département Santé et Travail, et José da Silva (FNAC), élu CHSCT.

L'occasion pour Bruno Gilbert de revenir sur l'accord RPS signé en 2011 à la Ville de Paris. Celui-ci prévoit la mise en place d'indicateurs, comme le turn over, l'absentéisme, le nombre de conflits dans un service, etc, de même qu'un appui de services d'accompagnement psychologique (consultation souffrance au travail, urgence psy, etc.).

Un compte rendu préparé par Denis Bérard, chargé de mission ANACT

 

Pour aller plus loin :

- Accès au site du CREST
 
 

 

A LIRE EGALEMENT

fleche gauche
fleche droite

Sur le même thème


La démarche Anact de prévention des risques psychosociaux La démarche Anact de prévention des risques psychosociaux

Face aux risques psychosociaux, le réseau Anact a developpé une démarche spécifique de prévention, ...

PUBLICATIONS


Prévenir les risques psychosociaux : outils et méthodes pour réguler le travail

Face aux risques psychosociaux (RPS), les entreprises ont mesuré les limites des approches de prévention centrées sur l’individu et sur des batt...

  couverture publication

La lettre d'information N°6 de l'ARACT Auvergne - septembre 2011

Dans cette lettre de septembre, vous trouverez : · Edito du Président de l'ARACT sur les CHSCT · Echos du terrain : Outiller le CHSCT pour prévenir le...

  couverture publication

Stress au travail : le kit de l'ARACT Haute-Normandie

L'ARACT propose un outil pédagogique sur le thème "stress au travail : ne laissez pas le malaise s'installer"

Stress au travail : le kit de l'ARACT Haute-Normandie
Prendre en compte des RPS dans le Document Unique

Un kit complet pour mettre en œuvre les 5 étapes de la démarche Anact.

Prendre en compte des RPS dans le Document Unique

Autres regards


A Sophia Antipolis, une cellule psychologique pour les actifs A Sophia Antipolis, une cellule psychologique pour les actifs

Le technopôle de Sophia Antipolis regroupe 1 500 entreprises et 30 000 ...

Suicide des agriculteurs : un sujet tabou ? Suicide des agriculteurs : un sujet tabou ?

Comme le rappelle le 13h de ...


DOCUMENTS DE REFERENCE


La qualité de vie au travail dans les lycées et collèges : le « burnout » des enseignants

Cette enquête s’est déroulée en mai et juin 2009 par un questionnement informatisé en ligne et anonyme sur un site MGEN. Deux volets ont ...

  couverture

Le mal-être au travail : passer du diagnostic à l'action

Sensible aux drames humains, largement médiatisés, qui se sont produits chez France Telecom et dans d'autres entreprises ou administrations ...

  couverture