Qualité de vie au Travail ·  PENIBILITE ·  RPS ·  AGES ·                                                                  

TMS ·  CHSCT ·  EGALITE F/H ·  ABSENTEISME ·  TUTORAT ·                                                       

SAP ·  IAA ·  AGRICULTURE ·  LOGISTIQUE ·  HOPITAL                                                        

e-transformation ·  Professionnalisation ·  CONCEPTION ·  Reconnaissance                                                       

Tous les thèmes

Accueil
Réseau Anact-Aract
Services
Actualité
Cas et accords
Dossiers
Publications
Vidéos
International
Presse
Contacter l'Anact
Agence nationale
pour l'amélioration des conditions de travail
Augmenter la taille du texte
Réduire la taille du texte
|
|
Drapeau Anglais

Gestion prévisionnelle territoriale des emplois et des compétences (GPECT) : la synergie des acteurs devient un levier d’action pour les entreprises

Publié le 09-OCT-12 par ANACT | picto imprimante Imprimer
L’Agence Rhône-Alpes pour la valorisation de l’innovation sociale et l’amélioration des conditions de travail (Aravis) travaille depuis plusieurs années sur le concept de GPECT. Cette démarche a pour but de sortir l’entreprise de son isolement en l’inscrivant dans un réseau d’acteurs territoriaux. Aravis a organisé tout au long de l’année 2011, une série d’ateliers sur ce thème avec pour objectif de « Formaliser des outils et méthodes pour conduire des actions de GPECT et plus globalement des actions aux services des ressources humaines. »
Image d'illustration de l'article

La restitution de ces travaux a donné lieu à un séminaire regroupant plus de 80 participants, le 14 septembre à Lyon.

Cette rencontre a été l’occasion, pour les différents participants, acteurs du territoire, de partager « ce qu’ils ont appris » tout au long de cette année de travail collaboratif et d’échanger sur le concept et les enjeux de la GPECT aujourd’hui

Qu’est-ce que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale ?

La GPEC territoriale est une opportunité pour conduire des démarches coordonnées d’entreprises et d’acteurs locaux (Conseil régionaux, généraux, OPCA, acteurs relais) au sein d'un territoire (bassin d’emploi, département, région, inter-région, zone d’activités, pôle de compétitivité) dans l’objectif mutuellement profitable de construire des parcours professionnels et d’accompagner les besoins d'évolution en gestion d'emplois et de compétences des entreprises.

Les disparités des contextes et configurations territoriales rendent complexes l’approche de la GPECT dans les régions, et, d’autant plus, d’envisager une démarche normative. C’est le premier constat sur lequel s’accordent les différentes parties prenantes à l’issu des travaux menés par Aravis. Pour autant, les enjeux restent importants. Le territoire apparaît désormais comme un levier d’action incontournable pour gérer, voire anticiper, les mutations économiques auxquelles sont soumises les entreprises.

Identifier les éléments déterminants à une démarche de GPECT réussie

L’objet de ces ateliers fut, dans un premier temps, de débroussailler la notion même de GPECT afin de trouver une définition cohérente pour l’ensemble des acteurs participants. Les travaux se sont poursuivis sur la base de témoignages et de retours de pratiques d’action d’entreprises en région afin d’aboutir à la formulation d’une démarche d’intervention opérationnelle à proposer aux acteurs de la GPECT.

Travailler ensemble

Un principe essentiel s’est rapidement imposé : la GPECT ne peut être envisagée sans la participation active, collaborative et constante de l’ensemble des acteurs institutionnels et opérationnels appartenant au monde de l’entreprise.

« Les acteurs de l’entreprise et du territoire, ont tout à gagner à mettre en commun leurs compétences et à prendre le temps de travailler ensemble. »

Didier Graff, chargé de mission de l’UT 42 de la DIRECCTE rapporte ainsi l’expérience d’une action collective, toujours en cours, dans une grappe d’entreprises de la Loire. Un réseau d’entreprises s’est constitué pour faire face à la crise affectant leur secteur et mettre au point une stratégie de développement. Si le volet économique apparaissait largement instruit par les entreprises, les problématiques d’emploi et de compétences étaient, elles, peu prises en compte. L’action collective a permis d’établir un dialogue, un lien de confiance avec les acteurs institutionnels de l’emploi et de la formation. Leur appui aux démarches de GPECT ont été d’autant plus pertinent qu’elles ont été menées à partir d’un réseau d’entreprises déjà constitué.
 

Comprendre l’entreprise ET le territoire
 

 « Il n’y a pas de GPECT sans une compréhension fine des situations et des besoins des entreprises. » Comprendre son activité, les métiers qui la composent, les compétences dont elle a besoin et la politique RH qui en découle n’est qu’une première approche. Une démarche GPECT ne peut s’envisager sans un travail d’accompagnement auprès des entreprises au travers de diagnostics, de bilans, d’actions collectives etc.

Ce préalable doit être mis en parallèle avec d’une véritable analyse de l’environnement territorial et du contexte économique qui les conditionnent.

En effet, les caractéristiques des territoires sont multiples et leurs interactions complexes. Leurs spécificités impactent directement entreprises et salariés, comme l’ont montré les retours d’expériences présentés ici.

A l’issu de ces travaux, cinq dimensions sont désignées comme devant être prioritairement instruites dans une démarche de GPECT : le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation, l’emploi et les compétences.
 

Partager analyses, incertitudes et réflexions

C’est le 3ème enseignement tiré de cette restitution et rendu très visible lors des ateliers. Philippe Nicolas, directeur de l'UT 38 de la DIRECCTE et Cyril Gorges, animateur du CTEF du Nord Isère, mettent en évidence les liens nécessaires entre les services de l'Etat et ceux de la Région. Ils insistent aussi sur les liens avec les partenaires sociaux et les acteurs opérationnels travaillant sur les dimensions emploi, formation, activités éco et aménagement du territoire. Faire en sorte de partager enjeux et préoccupations entre acteurs institutionnels, opérationnels, locaux est une des clés du succès d’une démarche GPECT.

Mais les acteurs du territoire sont nombreux et viennent d’horizons multiples : entreprises, représentants syndicaux partenaires sociaux, institutionnels, élus locaux, acteurs de l’emploi et de la formation, consulaires etc. Tous n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes enjeux, qui font parfois l’objet de tensions. S’engager dans une démarche de GPECT nécessite d’identifier tous les éléments contextuels, de les instruire et de les discuter. Les difficultés doivent être prises en compte dans leur globalité et sans faux semblant à l’intérieur des projets et des dispositifs.

Hors, coopérer, travailler ensemble, s’accorder sur les enjeux, les actions à mener,  partager le travail, établir une feuille de route…bref, mettre en synergie tous les acteurs ne se décrète pas. C’est un processus qui se met progressivement en place. Si les coopérations ne vont initialement pas de soi, les rencontres permettent de construire un sens commun, de modifier les représentations de chacun, la perception du territoire. Elles permettent de gagner en convergences, de travailler plus efficacement et d’avancer. Il s’agit d’apprendre ensemble, à l’image de ce qu’ont produit ce cycle d’ateliers.
 

La démarche « VAA » : Vision, Action, Ancrage.

La démarche issue de ces travaux et présentée par Odile Maurice-Desbat, chargée de mission à Aravis, repose sur 3 notions.

La Vision : Travailler ensemble permet de définir une représentation qui convienne à l’ensemble des acteurs sur les problématiques des entreprises et du territoire. Il s’agit de se mettre d’accord sur une vision commune.

L’Action : C’est « l’Agir ensemble » qui permet de construire une démarche efficiente. Les actions doivent permettre de tendre vers le futur souhaité. Les acteurs doivent faire le choix des actions prioritaires  et leur donner un cadre temporel.

L’Ancrage désigne la mise en forme d’une mémoire collective à transmettre afin de pérenniser l’action. Un bon « ancrage » permettra d’assurer l’appropriation et la prise de relais des nouveaux acteurs du territoire.

L’ancrage reste le point de vigilance à l’issue de la mise en place d’une telle démarche. « Il s’agit de la concevoir dans la durée sans la remettre en cause à chaque bouleversements contextuels mais plutôt en adaptant les actions au regard de l’analyse des évolutions », précise Odile Desbat.
 

Un atelier…du dialogue social territorial

Le format de ces ateliers a permis d’identifier des axes de progrès et des perspectives en permettant aux différents acteurs du territoire de travailler ensemble. A l’instar de ces travaux, on constat qu’il est intéressant que la démarche de GPECT instaure un dialogue social « territorial » complémentaire au dialogue social propre à l’entreprise. En proposant à une palette élargie d’acteurs de se rencontrer et d’échanger, la pratique du dialogue social participe à un élargissement des possibles du territoire. La confrontation des différents acteurs, qu’ils soient institutionnels, opérationnels ou locaux, offre la possibilité de faire évoluer les postures, les représentations, les rapports et les positionnements de chacun. Ainsi, lorsque des actions concrètes sont engagées auprès des entreprises, elles ne le sont plus sur la base de la seule légitimité institutionnelle mais sur celle de la crédibilité et de rapports de confiance.

Avoir une vision prospective ensemble, permet de briser l’isolement, renouer le dialogue partagé, aide à affronter la crise. Tout l’enjeu alors pour les parties prenantes est de faire vivre, d’animer et d’étoffer et surtout de pérenniser les lieux d’échanges et de réflexion et ce, malgré les changements d’acteurs.

Cette journée de restitution aura clairement montré, que les questions difficiles à résoudre au sein de l’entreprise trouvent également tout leur sens et potentiellement de vraies solutions dans la collaboration entre les acteurs au sein d’un territoire.

 

Stéphanie Léger
Réseau Anact/Aract
Mission Veille et Management de l’Information,

 

Retour sur les ateliers GPEC-T

Téléchargez pour chaque atelier une synthèse rédigée par Aravis ainsi que les comptes-rendus des travaux de chaque groupe. Retrouvez également les documents de certains des intervenants :

www.aravis.aract.fr/nos-domaines-dexpertise/grh-et-territoires/ressources-ateliers/contenu-des-ateliers/

Couv-GPECT

Restitution des apprentissages des « ateliers de la GPEC-T »

Thème : GRH et territoire Objectifs :

Ce document est une synthèse des ateliers de la GPEC-T qui se sont déroulés de mai 2011 à janvier 2012 contenant quelques points clés pour traiter un processus de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans une approche Territoriale.

Télécharger

 

 

Sur le même thème


 

PUBLICATIONS


Développer les capacités des hommes et des territoires en Europe

Un nouveau concept apparaît en matière d’emploi et de travail : la "capacité", dû au Prix Nobel Amartya Sen. Le concept de capacité se veut doublement...

  couverture publication

Les territoires : de nouveaux espaces pour les conditions de travail?

Et si à côté de la région, du département, des communautés de communes et des diverses circonscriptions administratives, le territoire avait son rôle ...

  couverture publication

Collections PageCarto 2012

Animer la contextualisation territoriale des phénomènes socio-économiques.

Collections PageCarto 2012

Autres regards