Vous êtes ici

[Infographie] Parler de son travail : comment ? Avec qui ? Pour quelles finalités ?

Dans le cadre de la 12e Semaine pour la qualité de vie au travail, le réseau Anact-Aract a réalisé avec l’institut Harris interactive, une enquête sur les espaces de discussion. L’enquête livre des enseignements révélateurs sur la perception et les attentes des salariés sur le thème de la discussion sur le travail en entreprise.

L'enquête « Les espaces de discussion au travail. Parler de son travail : comment ? Avec qui ? Pour quelles finalités » a été réalisée du 23 mars au 1er avril 2015 auprès d’un échantillon de 1 000 salariés actifs en France, âgés de 18 ans et plus. L’enquête livre deux enseignements principaux :

  • Parler de son travail constitue une difficulté pour près d’un tiers des salariés
  • Pour 9 personnes sur 10, des espaces de discussion restent à imaginer et à développer, mais doivent obligatoirement déboucher sur des améliorations concrètes

SQVT 2015 - infographie - Espaces de discussion
Télécharger le rapport complet des résultats de l'enquête (38 pages, PDF)

Télécharger la synthèse des résultats de l'enquête (26 pages, PDF)

Points de vue d'experts

Parler de son travail est largement perçu comme positif

« Nous ne travaillons jamais seuls : que ce soit avec ou pour quelqu’un, la nature même du travail implique que l’on en parle. Pourtant, près d’un tiers des salariés font état de difficultés pour évoquer leur travail dans l’entreprise. La question se pose alors de savoir de quelle manière et dans quelles conditions ceux-ci travaillent-ils ?

Ce qu’il importe de noter, c’est la capacité d’action sur laquelle doit déboucher la discussion. Les salariés appellent à un véritable pouvoir d’agir, a minima en vue de contribuer à l’amélioration des conditions de travail au quotidien et d’être plus performants dans l’entreprise.

La mise en place d’espaces de discussion devrait être une disposition naturelle pour l’entreprise, mais qui tend à disparaître. Bien pensés en amont, en se posant la question de leur intérêt, de leur articulation avec l’organisation et de leurs objectifs, avec une ingénierie ad hoc, ces espaces favorisent l’émergence de leviers d’amélioration dans l’environnement, les moyens, les processus, etc. du travail et, in fine, à une production optimisée. Autant de bénéfices déjà observés et observables dans les entreprises qui ont sauté le pas. »

Ségolène Journoud, chargée de mission Anact

Des espaces de discussion, pour des améliorations concrètes à la clé

« Des salariés en demande d’espaces de discussion dédiés et formalisés : le constat se confirme à travers cette enquête, et conforte les négociateurs de l’Accord National Interprofessionnel de juin 2013, au sein duquel la mise en place de tels espaces faisait consensus.

Il faut désormais s’inscrire au-delà de ce constat. Le passage à l’acte et le développement des espaces de discussion en entreprise doivent se faire en adéquation avec certains principes. En s’attachant, pour commencer, à lever les formes de division du travail stériles qui subsistent encore aujourd’hui : les réponses à l’organisation locale se trouvent dans la stratégie. C’est-à-dire qu’il faut rapprocher les orientations stratégiques de l’entreprise et les problématiques opérationnelles, sur le terrain, afin d’avancer. Dans cette perspective, la discussion est déterminante, en ce qu’elle doit permettre de confronter et d’articuler ensemble des sujets liés aussi bien à la trajectoire du marché, à la trajectoire organisationnelle de l’entreprise qu’aux trajectoires professionnelles des salariés. »

Julien Pelletier, responsable de la priorité Qualité de vie au travail, Anact