Vous êtes ici

Exclusif. L'analyse sexuée des chiffres-clés de la sinistralité au travail révèle d'importantes inégalités femmes-hommes

L'Anact a réalisé une analyse sexuée des chiffres de la sinistralité au travail qui met en lumière des inégalités entre les femmes et les hommes en matière de santé au travail. Constats, analyse et préconisations.

L'analyse sexuée et longitudinale des données sur la sinistralité publiées par la Cnamts permet plusieurs constats :

  • Si les accidents du travail baissent globalement entre 2001 et 2012, ils progressent nettement pour les femmes.
  • Depuis 2001, les accidents de trajet sont en baisse pour les hommes mais en progression pour les femmes.
  • Les maladies professionnelles progressent près de deux fois plus rapidement pour les femmes que pour les hommes.

L'évolution de la sinistralité au travail pour les femmes et les hommes depuis 2001

Entre 2001 et 2012, les accidents du travail ont augmenté pour les femmes (+20,3%), ainsi que les accidents de trajet (+15%) tandis qu'ils ont baissé pour les hommes : accidents de travail (-23,3%), et accidents de trajet (-9%). Les maladies professionnelles reconnues ont fortement augmenté pour les femmes (+169,8%). Pour les hommes, on constate également une augmentation des maladies professionnelles, sur la même période, moins forte que pour les femmes (+91,2%).

Sinistralité au travail : focus genré en 2012

L’analyse statistique révèle qu’en 2012, les accidents du travail concernent nettement plus les hommes (67,5%) que les femmes (32,5%), les accidents de trajet concernent un peu plus les femmes (52,3%) que les hommes (47,7%), et les maladies professionnelles reconnues concernent quasiment autant les hommes (51,1%) que les femmes (48,9%).

Les branches d'activités les plus accidentogènes en 2012

En 2012, le BTP et les industries transports, eau, gaz, électricité comptabilisent le plus d’accidents du travail pour les hommes. Les services de santé, nettoyage et travail temporaire et les services, commerces et industries de l’alimentation enregistrent le plus d’accidents de travail pour les femmes.

En 2012, les deux branches d’activité qui enregistrent le plus d’accidents de trajet concernant des femmes sont les services, santé, nettoyage et travail temporaire et les secteurs de la banque, assurances et administrations. Pour les hommes, ce sont les secteurs des services, commerces et industries de l’alimentation et ceux de la santé, action sociale, nettoyage et travail temporaire qui comptent le plus d’accidents de trajet.

En 2012, les branches d’activité qui totalisent le plus de maladies professionnelles pour les femmes sont les services, commerces, et industries de l'alimentation ainsi que les services, santé, nettoyage et travail temporaire. Pour les hommes, ce sont le BTP  et la métallurgie.

Un appel à chausser les "lunettes du genre"

Cette étude au regard du genre, par risque et par secteur permet d’avancer que les différences constatées en termes de sinistralité des femmes et des hommes renvoient pour une grande partie à une exposition différenciée liée à des métiers distincts.

Les politiques de santé et sécurité au travail pourraient mobiliser ce regard "genré" pour progresser dans la prévention de la sinistralité pour toutes et tous au travers de pistes d'action préconisées dans la "Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012" réalisée par l'Anact et disponible ci-dessous.

L'étude complète et son infographie

Retrouvez dans le document "Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012" l'intégralité de l'analyse réalisée par l'Anact accompagnée de préconisations.


 

Infographie. La sinistralité au travail