Vous êtes ici

Travailler avec une maladie chronique : un guide de bonnes pratiques à destination des DRH

Avec une personne touchée sur cinq en France, les maladies chroniques évolutives (MCE) concernent un nombre croissant de salariés. Or le retour ou le maintien dans l'emploi nécessitent de faire tomber certaines idées reçues et d’aménager un cadre professionnel tenant compte des incidences de la maladie. L'ENWHP et le réseau Anact proposent un guide de bonnes pratiques.

Sclérose en plaques, myopathie, maladie de Parkinson, VIH, hépatites, diabète, cancer sont quelques unes des maladies dites "chroniques évolutives". Elles ont en commun d'être des affections de longue durée qui, en règle générale, évoluent lentement. En France, 15 millions de personnes sont concernées par ces pathologies, soit près de 20% de la population.

Pour près de la moitié des personnes, la maladie survient alors qu’elles sont encore dans la vie active. Une proportion qui pourrait s'accentuer avec le recul de l'âge du départ en retraite. En plus des difficultés rencontrées par les salariés atteints, les MCE ont en général des répercutions sur l'organisation de la production. Les absences répétées peuvent ainsi se cumuler à des situations de handicap face à une situation de travail pour générer des problèmes de répartition de la charge au sein des équipes.

Favoriser le retour à l'emploi

Or, des recherches ont déjà montré que la majorité des personnes ayant été victimes d’un accident ou d’une maladie est en mesure de revenir à un certain type de travail alors qu’elles sont encore en convalescence, selon leurs tâches et leurs responsabilités. Un retour à l’emploi peut même favoriser la guérison.

Comment, dans ce contexte, aider les personnes atteintes à rester au travail ou à réintégrer leur emploi, tout en essayant d’obtenir le meilleur niveau possible de performance au travail ?

Des solutions existent. Afin de capitaliser sur les bonnes pratiques et d'outiller les entreprises, une collecte de données a été menée à bien dans 12 pays de l'Union européenne dans le cadre du projet PH-Work (Promoting Healthy Work for People with Chronic Illness). Issu de ce travail de capitalisation, un guide de bonnes pratiques est aujourd'hui disponible. Il s’adresse principalement aux employeurs et aux responsables RH qui sont confrontés à la difficulté de devoir gérer des salariés atteints de maladie chronique. 

Une démarche en 6 étapes

Parmi les nombreuses ressources proposées, le lecteur découvrira un argumentaire destiné à convaincre les employeurs d'investir dans la qualité de vie au travail, un tableau de synthèse des MCE les plus répandues dans l'UE avec les coûts et facteurs de risques associés, ou encore une check-list à destination des managers.

Une démarche type organisée en 6 étapes est également détaillée, dont voici la trame :

  • Etape 1 :  repérer qui a besoin d’aide
  • Etape 2 :  entrer en contact
  • Etape 3 :  entretien initial
  • Etape 4 :  examen du cas
  • Etape 5 :  élaborer un programme de « retour au travail »
  • Etape 6 :  réexaminer régulièrement le plan

En conclusion, les auteurs du guide indiquent que les entreprises - au moins les plus importantes - ont intérêt à signer un accord sur la gestion de la santé au travail. Un moyen de s’assurer de la bonne mise en œuvre, de la qualité, de la confidentialité des données et de la confiance des salariés. Les points à aborder dans un accord de ce type sont listés.

 

note: Le projet PH-Work et le réseau ENWHP

Le réseau européen pour la promotion de la santé au travail (ENWHP) rassemble des instituts nationaux de santé - sécurité au travail, des organismes de promotion de la santé et des caisses d'assurance obligatoire. Engagé à développer et à promouvoir de bonnes pratiques de santé au travail, il contribue à un développement économique et social durable en Europe. L’ENWHP facilite les échanges d’information transfrontaliers et la diffusion des bonnes pratiques, grâce à des réseaux et forums internationaux et nationaux. Il compte aujourd’hui des membres issus de 28 pays de l'Union.

Le projet PH-Work (Promoting Healthy Work for People with Chronic Illness) constitue la 9ème initiative prise par le réseau ENWHP depuis sa création. Il réunit des représentants d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique, d'Ecosse, d'Irlande, de France, du Danemark, de Norvège, des Pays-Bas, de Roumanie, de Slovaquie et de Slovénie. Le réseau Anact est l'opérateur français du projet.

 

Pour aller plus loin :

>>  Télécharger le guide "Promouvoir la qualité de vie au travail des personnes atteintes de maladies chroniques : un guide de bonnes pratiques"
>>  Découvrir le site dédié du réseau Anact "MCE : le parcours du maintien dans l'emploi" 
>>  Exemples de bonnes pratiques en matière de promotion de la santé sur le lieu de travail
>>  La contribution de l'Anact au projet "PH Work - Promoting Healthy Work for People with Chronic Illness"
>>  Tous les projets internationaux de l'Anact